Inscription à la newsletter

Recevez tous les 2 mois :
 - des résumés de publications & articles scientifiques récents liés à la nutrition
 - des outils pratiques pour vous et vos patients

L’alimentation durable doit être accessible financièrement à tous. Pour cela, les chercheurs de l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI) proposent plusieurs solutions.

Une alimentation saine et durable sera-t-elle accessible à tous ? Une mission difficile mais pas impossible selon des chercheurs et membres de l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI).

 

Un contexte défavorable à cette transition

Dans un blog de l’IDDRI, des membres possédant une expertise dans le domaine de la transition durable et des politiques alimentaires se sont questionnés sur l’accessibilité sociale d’une transition vers une alimentation durable. Le projet d’une telle transition peut paraître utopique connaissant les disparités sociales actuelles d’accès à une alimentation de qualité et le constat d’une inaudibilité des politiques alimentaires par les classes sociales les plus défavorisées. Sans oublier l’existence d’autres enjeux préoccupants comme la hausse de l’obésité et des maladies associées à l’alimentation, les difficultés de rémunération des agriculteurs et l’inquiétude grandissante sur l’impact sanitaire des produits ultra-transformés.

 

Un changement profond semble nécessaire

Dans ce contexte, la transition agricole et alimentaire nécessaire à la réduction des impacts environnementaux implique de franchir plusieurs obstacles. Le premier est le coût plus élevé des modes de production durables qui pourrait impacter les prix d’achats alimentaires. Cependant, il peut être compensé à court terme par un rééquilibrage des consommations des ménages (moins de produits animaux, plus de légumineuses. . .) et donc une réduction du prix du panier global. Les plus précaires devront toutefois être aidés pour accéder à une alimentation plus saine et plus diversifiée.

Sur le plus long terme, lorsqu’une majorité des produits seront issus de modes de productions durables, le coût pourrait devenir un enjeu bloquant selon les économies d’échelles réalisées par la filière, les subventions accordées et le partage de valeur (production, transformation, distribution) mais aussi en fonction des priorités budgétaires des consommateurs (alimentation, logement, énergie, transport. . .).

L’accès des plus modestes à une alimentation durable doit être facilitée pour des questions de cohésion sociale.

 

Quelles actions possibles ?

Plusieurs actions sont possibles. Les plus classiques seraient des politiques de soutien financier aux modes de production durables avec régulation de la répartition de la valeur ajoutée et encadrement des pratiques commerciales, et des politiques sociales visant à assurer à chacun l’accès aux biens et services de base (hausse des minimas sociaux). D’autres actions pourraient cibler les ménages en situation de précarité (chèques alimentaires) ou être au croisement des politiques sociales et environnementales en proposant une « sécurité sociale de l’alimentation » assurant un plancher pour la satisfaction du besoin d’alimentation saine et durable à l’image de l’expérience brésilienne de politique de sécurité alimentaire et nutritionnelle pour lutter contre la faim.

A lire sur le même sujet:

Image
Vegetal

La transition végétale sera difficile mais pas impossible

 

L’inclusion sociale indispensable

Au-delà des enjeux économiques, ces actions doivent être partagées et acceptées par tous. Or le concept d’alimentation durable peut prendre différentes définitions dans l’esprit des français. Une vision prospective claire et opérationnelle de la manière dont pourrait être menée une transition alimentaire accessible à l’ensemble des consommateurs reste à construire. Les prochains travaux de l’Iddri et d’I4CE (Institut de l’économie pour le climat) exploreront les mécanismes sociaux et les impacts budgétaires pour les ménages de différents scénarios de transition des régimes alimentaires vers « moins mais mieux » de produits animaux.

 

Source : Une alimentation saine et durable pour tous : mission (im)possible ? Elise Huber, Lucile Rogissart et Mathieu Saujot. Blog de l’IDDRI 17 février 22. https://www. iddri.org/fr/publications-et-evenements/billet-de-blog/une-alimentation-saine-et-durable-pour-tous-mission

C. Costa

© Société Française de Nutrition. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

Date de publication: 05/09/2022

S'ABONNER A LA NEWSLETTER

Enrichissez et actualisez vos connaissances sur la Nutrition en vous inscrivant à la Newsletter Nestlé Nutri Pro®.