Les Cahiers de Nutrition et de Diététique

Compléments alimentaires : la croissance se ralentit


Compléments alimentaires

Le marché des compléments alimentaires affiche un ralentissement mais leur notoriété ne faiblit pas. Les compléments alimentaires sont perçus comme la solution naturelle pour entretenir sa santé et éviter de prendre trop de médicaments. Ils sont principalement achetés pour renforcer les défenses immunitaires, contrer le stress et les problèmes de sommeil, ou encore retrouver forme et vitalité.

Comme l’an dernier, Synadiet a fait réaliser par Opinionway une enquête sur la perception et les habitudes de consommation des compléments alimentaires des Français (1065 sujets représentatifs de la population française interrogés en janvier 2019). Si les Français semblent ne pas changer leur vision des compléments alimentaires, les ventes, elles, progressent moins.

Comme l’an passé, 46 % des Français disent avoir déjà consommé des compléments alimentaires. Les femmes plus que les hommes (65 %). Les consommateurs indiquent à 93 % prendre ces compléments pour des raisons de santé comme le renforcement des défenses naturelles (38 %), la vitalité ou la forme (36 %), le sommeil (25 %), le stress (22 %), etc. Seuls 40 % les prennent dans un objectif de beauté : de la peau et des cheveux (26 %), de minceur (14 %) et pour se préparer au soleil (11 %).

Les compléments alimentaires sont perçus comme une solution naturelle pour entretenir sa santé (par 40 % des sujets interrogés) et éviter de prendre des médicaments lorsque cela n’est pas indispensable (38 %). Plus d’un tiers indique les consommer pour éviter d’être malade et pour compenser des carences alimentaires. L’efficacité des compléments, arrive, en revanche, en 8e position dans ce qui motive leur consommation et n’est citée que par 17 % des sujets ce qui ne peut apparaître que paradoxal. La facilité de prise et la possibilité de les acheter librement et sans ordonnance sont des caractéristiques largement appréciées des consommateurs (93 % les citent).

L’image des compléments alimentaires est en progression par rapport à l’an passé : 93 % des sujets interrogés reconnaissent leurs bénéfices pour la santé notamment à certaines périodes de la vie comme la ménopause, la croissance ou le vieillissement (+7 points par rapport à 2018 — 73 % des sujets), pour limiter les petits maux saisonniers (+8 points vs 2018 — 72 %), pour prévenir ou ralentir certains problèmes de santé (+13 points — 65 %) et limiter les déficiences alimentaires (+9 points — 76 % des sujets). Les ingrédients qui entrent dans la composition des compléments alimentaires suscitent également la confiance : plus de 80 % des Français considèrent que les produits de la ruche, les plantes médicinales, les vitamines et minéraux, les omégas 3, 6, 9, et les huiles essentielles sont bons, voire très bons, pour leur santé et celle de leurs proches. Cependant, la notoriété de ces compléments doit encore être améliorée car 6 sujets sur 10 se sentent insuffisamment informés. C’est davantage que l’an passé.

Si l’automédication existe, 59 % des consommateurs de compléments alimentaires disent, comme l’an passé, les prendre suite au conseil d’un professionnel de santé (médecin, pharmacien, naturopathe, diététicien…). Pour 32 %, ce sont les médias qui les ont convaincus d’en consommer et pour 28 %, un membre de leur entourage. Les moins de 35 ans sont en particulier plus motivés à consommer des compléments alimentaires sur les conseils de leur entourage (38 % versus 28 % dans la population générale).

La prescription ou le conseil par un professionnel de santé est toujours une attente forte de plus de la moitié des sujets (51 %), davantage par les femmes (58 %), les moins de 35 ans (59 %) et les consommateurs réguliers de compléments (85 %) que les non-consommateurs (30 %).

Quant aux données du marché, elles affichent une croissance ralentie par rapport à l’an passé. Le secteur annonce 1,92 milliards de chiffre d’affaire en 2018 contre 1,89 milliards en 2017 et 1,7 milliards en 2016. Les compléments sont toujours principalement achetés en pharmacie (49,6 %), davantage par correspondance ou e-commerce (18,7 % en progression par rapport à 2017), beaucoup moins en magasins spécialisés (15,5 % en forte chute par rapport à 2017), encore un peu en GMS (10,3 %) et en parapharmacies (5,9 %). En pharmacie, les ventes de l’ensemble des catégories semblent se ralentir par rapport à l’an passé. La catégorie ciblant la digestion/transit (+11,2 % de croissance versus 2017) qui arrivait en seconde position en 2017, passe désormais en tête devant celle ciblant le sommeil/stress/humeur (+5,2 %) qui, pourtant, affichait une croissance exceptionnelle en 2017 (+22 %). La minceur et le drainage affichent une chute de 6,7 % des ventes. Quels que soient les circuits de distribution, les produits qui se vendent le mieux sont ceux ciblant la digestion, le sommeil/stress et la vitalité. Ils concentrent la moitié des ventes de compléments en pharmacie, 41 % en GMS et 35 % par correspondance/e-commerce.

C. Costa  « © Société Française de Nutrition. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés ».

Synadiet — Les compléments alimentaires, des produits de santé de premier recours. Mars 2019.  www.synadiet.org

 

Date de publication : 22/11/2019

 

 

Pour vous abonner et retrouver tout les articles des Cahiers de Nutrition et de Diététique, cliquez ici