Les Cahiers de Nutrition et de Diététique

Du bio pour consommer moins, mais mieux ?


Bio, Recommandations nutritionnelles, comportement alimentaire

Inciter les Français à consommer moins mais mieux, tel est le nouvel enjeu du Bio ! Le dernier Baromètre de l’Agence bio semble le confirmer notamment chez les moins de 35 ans et les seniors.

Et si consommer bio était le moteur d’une plus grande tendance à consommer moins, mais mieux ? C’est l’hypothèse que fait l’Agence bio après avoir décrypté les données de son dernier Baromètre de consommation et de perception, réalisé en novembre dernier auprès de 2000 Français représentatifs de la population générale.

L’enquête confirme, tout d’abord, que les produits alimentaires bio sont bien installés dans le quotidien des Français. Plusieurs données rapportées l’an passé (Cf. Actualités du 54 (3)) sont en effet stabilisées : la proportion de Français consommant du bio au moins une fois par mois (71%), la part des consommateurs réguliers (47%), le taux des réfractaires au bio (11%), l’ancienneté de consommation des produits bio (57% les consomment depuis 1 à 6 ans, 19% depuis 6 à 19 ans) ou encore la part des nouveaux consommateurs (16 %).

De même, les motivations des acheteurs de produits bio restent les mêmes. Toutefois, une baisse des réponses est notée concernant les motivations liées à la santé (−10 points de pourcentage par rapport à 2018), à la qualité et au goût des produits (−7 points) et à la préservation de l’environnement (−11 points). À l’inverse, le bien-être des animaux et les raisons éthiques et/ou sociales sont davantage cités (+6 points dans les deux cas). La biodisponibilité des produits bio est aussi citée davantage (+6 points).

Parmi les obstacles à l’achat de produits bio, le prix reste le principal même si on note une baisse faible de son invocation (80% au lieu de 84 %). Cette tendance se lit, selon les auteurs, au regard de la volonté exprimée par les Français de mieux manger, et maintenir son budget, en évitant les pertes et le gaspillage.

Les moins de 35 ans, première génération à avoir grandi avec le développement de l’agriculture biologique en France, sont toujours les « fers de lance » de la consommation bio (72% des 18—24 ans et 78% des 25—34 ans en consomment régulièrement). Leurs motivations sont davantage orientées sur les enjeux environnementaux et sur l’éthique que leurs aînés : éviter le gaspillage, lutter contre le réchauffement climatique, respecter le développement durable, diminuer l’utilisation des emballages, respecter la condition animale.

Pour autant, les seniors commencent à revendiquer une démarche citoyenne dans leurs modes de consommations. Ils sont particulièrement sensibles à la qualité des produits et privilégient des produits de saison (61%), ainsi que des produits avec un minimum de pesticides (35%). Mais ils sont également très attentifs aux enjeux économiques et sociétaux de l’agriculture biologique par leur volonté de consommer des produits locaux (51%) et d’assurer une meilleure rémunération des producteurs (31 %).

Chez les consommateurs quotidiens de produits bio, la tendance à une consommation « exclusive » augmente encore en 2019 : près d’1/5 des consommateurs quotidiens (19%) estiment la part de leur consommation de produits bio à plus de 75% (versus 12% en 2018).

La dynamique des achats de produits bio hors alimentaire est aussi maintenue et est en légère progression pour les produits ménagers et les cosmétiques (achetés par 64% et 61% des Français versus 61% et 57% en 2018).

De même, les données témoignent du maintien des comportements des Français rapporté l’an passé concernant la volonté de réduire le gaspillage, de favoriser l’achat de produits frais, de saison, locaux ou encore de réduire les emballages. Cette démarche plus éco-citoyenne, à la fois dans l’acte d’achat et dans les modes de consommation, se confirme d’année en année.

L’image des produits biologiques demeure toujours très positive même si on note une très légère baisse des réponses concernant la contribution de l’agriculture biologique à préserver l’environnement, la naturalité, le goût et les bénéfices pour la santé. De plus, la baisse de confiance identifiée l’an passé est encore présente, et le doute sur le fait que le produit soit totalement bio s’accentue (66% versus 62% en 2018). Pour l’Agence bio, l’utilisation massive de l’argument écologique a probablement généré ces doutes notamment auprès des consommateurs les moins fréquents et des non-consommateurs. De même, les Français prennent conscience que le « bio n’est pas toujours vert » : la présence d’emballages plastique ne semble pas toujours comprise et génère de la gêne pour 43% des Français et 50% des consommateurs bio.

Cependant, la crise du coronavirus semble avoir balayé quelques freins. Le cabinet d’études de marché Nielsen a en effet rapporté une forte progression des ventes de produits bio durant le mois de mars en grandes surfaces. Par rapport aux ventes de produits conventionnels (qui ont également augmenté suite à la ruée des consommateurs), l’écart de croissance s’est davantage creusé passant de 14 points d’écart en février à 20 points mi-mars en faveur du bio. À cette croissance en grandes surfaces, s’ajoute une hausse des achats en magasins bio spécialisés. La valeur du panier moyen y a augmenté de 48%, passant d’environ 40 D à 59 D depuis la mi-mars. Les supermarchés, les magasins de proximité et les drives participent aussi à la croissance du bio.

Cette croissance, visible sur l’ensemble du territoire, est cependant encore plus forte dans le Nord, le Nord-Ouest, l’Est et le Sud-Ouest (+20 à +25% de ventes en plus). Et si elle reste limitée en région parisienne, c’est probablement en raison de l’exode des parisiens vers la province, explique un analyste.

Plusieurs phénomènes pourraient expliquer la croissance de ces produits : la perception d’aliments plus naturels que les autres, le transfert des achats lorsque les rayons du conventionnel sont vides, le recentrage sur le commerce en ligne ou de proximité et le fait que les fruits et légumes bio, plus souvent emballés rassurent les consommateurs.

 

C. Costa « © Société Française de Nutrition. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés ».

Baromètre de consommation et de perception des produits biologiques en France —– étude Spirit Insight pour l’Agence bio —– février 2020 (https://www.agencebio.org/wp-content/uploads/2020/02/AGENCE-BIO-DOSSIER-DE-PRESSE-BAROMETRE-2020-def.pdf) et La santé du bio en France au révélateur du COVID-19. Nielsen (https://www.nielsen.com  08/04/2020).

 

Date de publication : 21/09/2020

 

Pour vous abonner et retrouver tous les articles des Cahiers de Nutrition et de Diététique, cliquez ici