Les Cahiers de Nutrition et de Diététique

Un Français sur cinq en situation de précarité alimentaire


Précarité alimentaire, comportement alimentaire

Le baromètre Ipsos/Secours Populaire dresse un bilan de la précarité en France. L'occasion de voir la façon dont les Français définissent la précarité, la vivent, et de définir leurs craintes.

 

Depuis 10 ans, le baromètre Ipsos/Secours populaire dresse un bilan de la précarité en France. Le dernier en date a interrogé un échantillon de 1016 personnes représentatives de la population française de plus de 15 ans en juin 2018. Occasion de voir la façon dont les français définissent la précarité, la vivent, et quelles sont leurs craintes. Cette année encore, le Secours populaire remarque que le droit à l’alimentation, reconnu depuis la Déclaration universelle des droits de l’homme, est loin d’être satisfait.

Pour les sujets enquêtés, le seuil de pauvreté subjectif moyen est de 1118 €. Un montant supérieur au seuil de pauvreté officiel fixé à 1015 euros. En 2015, ils sont plus de 8,8 millions à vivre au-dessous du seuil de pauvreté officiel. Si les difficultés tendent à reculer pour les Français dans leur ensemble, elles restent néanmoins bien réelles pour une partie significative de la population qui voit son quotidien affecté de multiples manières : difficultés d’accès aux vacances (41%), d’accès aux soins médicaux (38%), pour payer le logement (25%) ou les dépenses d’énergie (27%).

L’alimentation est aussi un poste de dépense problématique pour une proportion significative des français, et notamment des françaises.  Pour un Français sur cinq, se procurer une alimentation saine permettant de faire 3 repas par jour est source de difficultés financières. Plus précisément, plus d’un Français sur quatre (27%) déclare qu’il lui est difficile pour des raisons financières de consommer des fruits et légumes frais tous les jours, pour 22% de consommer du poisson au moins une fois par semaine, pour 17% de la viande au moins une fois par semaine et pour 19% de payer la cantine de leur(s) enfant(s). Les plus modestes (revenu <1200 euros/mois) sont les plus en difficulté : 48% éprouvent des difficultés financières pour se procurer une alimentation saine leur permettant de faire 3 repas par jour, 53% pour consommer des fruits et légumes frais tous les jours, 46% pour consommer du poisson et 36% pour consommer de la viande au moins une fois par semaine. Ils sont 58% à déclarer rencontrer des difficultés financières pour payer la cantine de leur(s) enfant(s).

Pour une majorité des français (86%), avoir des difficultés régulières à se procurer une alimentation saine est « tout à fait » le signe d’une situation de pauvreté. A la question posée par les enquêteurs sur l’investissement de l’Union Européenne dans la lutte contre la pauvreté, 75% des sujets répondent que l’effort est insuffisant. Enfin, 92% estiment qu’il est impératif de préserver le financement de l’aide alimentaire aux plus démunis, à l’heure ou la fin du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD) est programmée pour 2020. 

  C. Costa  « © Société Française de Nutrition. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés ».

Baromètre Ipsos-Secours populaire : Pauvreté, un français sur 5 en situation de précarité alimentaire. https://www.secourspopulaire.fr/barometre-ipsos-spf-2018

 

Date de publication : 21/03/2019

Pour vous abonner et retrouver tout les articles des Cahiers de Nutrition et de Diététique, cliquez ici