Nutrition générale

Modifier le comportement alimentaire de l’enfant : les bénéfices d’un programme basé sur la répétition


Comportement alimentaire enfant

Un programme mené auprès des parents et basé sur le développement d’automatismes alimentaires, peut-il améliorer les habitudes alimentaires de leur enfant ? 

Modifier le comportement alimentaire des enfants nécessite généralement de passer par l’intermédiaire des parents et les programmes d’éducation nutritionnelle sont souvent basés sur le développement des connaissances nutritionnelles (ou culinaires) parentales. Au Royaume-Uni, des chercheurs ont étudié un programme (essai contrôlé et randomisé) se basant sur la répétition de comportements parentaux afin de développer des routines permettant d’atteindre les objectifs nutritionnels chez les enfants. Ce programme devait se baser sur 3 comportements : proposer 5 fruits et légumes quotidiens, proposer des collations équilibrées et des boissons sélectionnées.

 

Six Children’s Centers anglais (centres d’aide et d’éducation pour les parents et les enfants défavorisés) ont participé à l’étude, 3 pour le bras « Programme » (n=51) et 3 pour le bras « Contrôle » (n=55). Les enfants devaient avoir entre 2 et 6 ans, et ne pas présenter de contre-indication (médicale ou psychologique) à une intervention diététique.

 

L’intervention consistait en 4 visites d’une heure au domicile de chaque famille du groupe Programme, sur une période de 8 semaines. Les parents recevaient une brochure qui présentait le concept de répétitions, illustré par des astuces permettant le développement de routines. L’investigateur prenait le temps de discuter avec les parents et leur exposait les raisons pour lesquelles il était important de proposer des fruits et légumes, servir des collations équilibrées et certaines boissons plutôt que d’autres à leur enfant. Les parents devaient définir un but principal à atteindre, comme par exemple, de servir uniquement de l’eau lors du dîner, et ils devaient également remplir un questionnaire à l’inclusion et après la dernière visite. Dans le groupe Contrôle, le questionnaire était distribué à l’inclusion et après la dernière visite.

Les parents participant à l’étude étaient généralement les mères biologiques (91%), les pères biologiques formant 5% de l’effectif et les parents adoptifs ou beaux-parents 4%. L’âge moyen des enfants était de 3 ans, avec une proportion identique de garçons et de filles.

Dossier

La période entre la petite enfance et l'adolescence est souvent considérée comme une période de transition d'un point de vue alimentaire. Le début de scolarisation permet en effet à l'enfant de rentrer dans des rythmes réguliers et programmés tant d'activité physique que de prise des repas.
Lire la suite

Lors de la visite finale, les automatismes chez les parents étaient significativement plus présents dans le groupe Programme vs le groupe Contrôle (p<0,01 pour les 5 fruits et légumes quotidiens, p<0,001 pour les collations équilibrées et les boissons). Par rapport à l’inclusion, les automatismes s’étaient davantage développés dans le groupe Programme que dans le groupe Contrôle avec le gain de : 

  • + 1 point (±1,4) sur une échelle de 7 points pour les 5 fruits et légumes quotidiens (p<0,001)
  • +1,8 point (±2,0) pour les collations équilibrées (p<0,001)
  • +1,4 point (±2,1) pour les boissons, plus d’eau et moins de boissons sucrées (p<0,001).

 

Dans le groupe Contrôle, les modifications étaient non significatives par rapport à l’inclusion.

La consommation alimentaire des enfants a également été évaluée une fois le programme terminé. Les investigateurs ont pu noter une consommation de légumes (p<0,01), de collations équilibrées (p<0,01) et d’eau (p<0,05) plus élevée dans le groupe Programme par rapport au groupe Contrôle. Les différences entre les deux groupes n’étaient pas significatives sur la consommation de fruits, de collations non équilibrées, de boissons sucrées.

Une des principales limites de l’étude est que le recueil des données repose sur le déclaratif des parents, pouvant entrainer un biais important dans les résultats.

 

Ce qu’il faut retenir

Un programme mené auprès des parents au Royaume-Uni, et basé sur le développement d’automatismes alimentaires (consommation de fruits et légumes, snacks équilibrés et consommation d’eau), pourrait aider à modifier le comportement des parents vis-à-vis de l’alimentation de leur enfant et améliorer les habitudes alimentaires de celui-ci.

 

McGowan L et al. Healthy feeding habits: efficacy results from a cluster-randomized, controlled exploratory trial of a novel, habit-based intervention with parents. Am J Clin Nutr. 2013 ; 98 (3) : 769-77.

 

Date de publication : 17/03/2015