Nutrition générale

Les apports en féculents des Français sont inférieurs aux recommandations du PNNS.


Les derniers résultats de l’étude Nutrinet-Santé montrent que la consommation en féculents des Français est inférieure aux recommandations du PNNS*. En effet, plus d’un tiers des hommes et deux tiers des femmes ne consommeraient pas suffisamment de ce groupe d’aliment, qui permettrait pourtant de limiter la prise de poids en raison de son pouvoir rassasiant.

Les féculents forment un groupe d’aliments composé de céréales et aliments d’origine céréalière, de légumes secs et assimilés et de certains tubercules (pommes de terre et  manioc). Ces aliments riches en glucides complexes, ont un fort pouvoir rassasiant, présentent un index glycémique bas et sont des sources non négligeables de fibres, vitamines, minéraux et acides gras essentiels. C’est pourquoi, ils devraient aujourd’hui représenter 50 à 55 % des apports énergétiques journaliers.

L’analyse des premiers résultats de l’étude Nutrinet-Santé porte sur 240 627 questionnaires, correspondant aux consommations sur 24 heures de 80 209 internautes français (3 journées analysées par personne). Les résultats obtenus ont été pondérés par l’âge, le sexe, la catégorie socio-professionnelle et la zone géographique d’habitation des participants.

L’étude a ainsi montré que, dans l’échantillon étudié :

  • les apports en féculents sont en moyenne de 257 g/j (300 g/j chez les hommes et 217 g/j chez les femmes) ;
  • les recommandations du PNNS* ne sont respectées que par 55 % des hommes et 33 % des femmes. C’est pourquoi les glucides ne représentent que 43 % des apports énergétiques, au lieu des 50 % minimum recommandés ;
  • seules 22 % des personnes interrogées connaissent les recommandations préconisant la consommation de féculents à chaque repas et selon l’appétit, ce qui en fait le repère alimentaire le moins connu en France ;
  • près de 50 % de l’apport en féculents provient du pain, le reste étant majoritairement issu des pommes de terre, des pâtes, de la semoule et du riz (seuls 10 % proviennent d’autres féculents) ;
  • les féculents apportent 21 % de l’énergie chez les femmes et 23 % chez les hommes, 75 % des glucides complexes, 34 % des fibres chez les femmes et 39 % chez les hommes, 21,5 % des vitamines B1, 20 % des B6 et 16,5 % des B9 ;
  • la consommation de féculents est relativement stable en fonction de l’âge, de la catégorie socio-professionnelle (excepté chez les agriculteurs où elle est plus élevée) et de la corpulence. Cependant, les personnes ayant effectué un ou plusieurs régimes amaigrissants ont une consommation de féculents plus faible que les autres.

 

Ce qu’il faut retenir

Les féculents constituent un groupe d’aliments essentiels à une alimentation équilibrée. Cependant, au regard des résultats de l’étude Nutrinet-Santé, il semble que les Français n’en consomment pas suffisamment. L’image négative des féculents ainsi que la méconnaissance de leurs bienfaits et des recommandations pourraient en être responsables. Il est donc nécessaire de mettre en place des campagnes pour stimuler leur consommation, notamment en insistant sur leur pouvoir rassasiant.

 

*PNNS : Programme National Nutrition Santé.

 

Hercberg S, Kesse-Guyot E. La consommation de féculents dans la cohorte NutriNet-Santé : des apports insuffisants par rapport aux recommandations. Étude Nutrinet-Santé - Mai 2013.

 

Date de publication : 16/07/2013