Nutrition générale

Café et santé : de nombreux bénéfices observés


Café et santé

Cette étude propose une synthèse des données existantes sur les liens entre consommation de café et santé.

Dans cette revue de la littérature,  les auteurs ont identifié plus de 200 méta-analyses basées sur des études observationnelles et interventionnelles et examinant les liens entre la consommation de café et ses conséquences sur la santé.

 

Concernant la réduction de la mortalité toutes causes, la dose idéale de consommation était de 3 tasses de café par jour (risque relatif  RR : 0,83 ; IC95% : 0,83-0,88). La consommation de café décaféiné était elle aussi associée à une mortalité plus faible, avec un risque relatif de 0,83 (IC95% : 0,85-0,89) pour 3 tasses quotidiennes. La consommation de café apportait également des bénéfices au niveau cardiovasculaire. Par rapport à l’absence de consommation, consommer 3 tasses de café par jour réduisait le risque de mortalité cardiovasculaire de 19% (RR : 0,81, IC95% : 0,72-0,90), de mortalité coronarienne de 16% (RR : 0,84, IC95% : 0,71-0,99) et de mortalité liée à la survenue d’AVC de 30% (RR : 0,70, IC95% : 0,80-0,90). Boire plus de 3 tasses par jour n’apportait pas de bénéfices supplémentaires. Les auteurs ont également retrouvé des bénéfices sur la survenue des maladies cardiovasculaires. Boire 3 à 5 tasses de café par jour permettait de réduire l’incidence des maladies cardiovasculaires de 15% (RR : 0,85, IC95% : 0,780-0,90), des maladies coronariennes de 10% (RR : 0,90, IC95% : 0,84-0,97), d’AVC de 20% (RR : 0,80, IC95% : 0,75-0,86). La consommation de café décaféiné n’était pas liée à des bénéfices clairs en termes d’incidence des maladies cardiovasculaires.

 

Une consommation élevée de café était associée, en comparaison à une consommation faible, à une diminution du risque de cancer de 18% (RR : 0,82, IC95% : 0,74-0,89) et à une plus faible incidence du cancer de la prostate, du cancer de l’endomètre, du cancer de la bouche, du mélanome, de la leucémie, du cancer de la peau (hors mélanome) et du cancer du foie. Concernant le foie, la consommation de café était liée à une diminution du risque de fibrose hépatique de 27% (odds ratio, OR : 0,73, IC95% : 0,56-0,94) et de cirrhose de 39% (OR : 0,61, IC95% : 0,45-0,84).

 

Une consommation élevée de café était associée, en comparaison à une consommation faible, à une diminution du risque de diabète de type 2 de 30% (RR : 0,70, IC95% : 0,65-0,75) et cet effet était comparable pour le café décaféiné.

 

Au niveau neurologique, une consommation élevée de café était associée à une diminution du risque de maladie de Parkinson de 36% (RR : 0,64, IC95% : 0,53-0,76) et de maladie d’Alzheimer de 37% (RR : 0,73, IC95% : 0,55-0,97).

 

La consommation de café était également associée à une réduction du risque de goutte de 50% (RR : 0,50, IC95% : 0,36-0,70) et de calculs rénaux de 33% (RR : 0,67, IC95% : 0,56-0,81).

 

A l’inverse, une consommation importante de café pendant la grossesse était associée à un faible poids de naissance (OR : 1,31, IC95% : 1,03-1,67), à la prématurité au premier trimestre (OR : 1,22, IC95% : 1,00-1,49) et au deuxième trimestre (OR : 1,12, IC95% : 1,02-1,22) et aux fausses couches (OR : 1,46, IC95% : 1,06-1,99). Les auteurs ont retrouvé un lien entre une consommation de café élevée et une plus grande incidence de fracture chez les femmes (RR : 1,14, IC95% : 1,05-1,24), mais non chez les hommes.

 

Ce qu’il faut retenir :

Une consommation de café de 3 à 4 tasses par jour semble globalement être bénéfique pour la santé, avec des effets observés dans de nombreuses pathologies (cancers, maladies hépatiques, diabète de type 2, maladies cardiovasculaires…).

 

 

Cooper JA et al. A prospective study on vacation weight gain in adults. Physiol Behav. 2016 ; 156 : 43-7.

Date de publication : 19/01/2018