Nutrition & pathologies

Allergie alimentaire chez l'adulte : quels facteurs de risque ?


allergie_alimentaire_chez_l_adulte_quels_facteurs_de_risque

Cette mise au point souligne l’influence de différents facteurs environnementaux dans la survenue d’une allergie alimentaire chez l’adulte.

Cette publication rappelle en préambule que l’allergie alimentaire (AA) concerne 1,4 à 3,7 % des adultes avec une prépondérance féminine. En Europe, les aliments les plus à risque d’allergie sévère sont les fruits à coque et l’arachide, mais on note toutefois des variations selon les pays, très influencées par l’exposition aux pollens. Lorsque l’AA s’installe brutalement, à l’âge adulte, il est nécessaire d’identifier les facteurs ayant contribué à la rupture de tolérance du système immunitaire vis-à-vis de certains antigènes alimentaires. L’AA est souvent la résultante d’un terrain génétique prédisposé qui ne s’exprime que dans un environnement particulier :

 

- l’exposition professionnelle : une exposition aux protéines alimentaires par voie cutanée ou respiratoire augmente le risque de développement d’une AA. Par exemple, une urticaire de contact est fréquemment observée chez les cueilleurs de pêche :

la peau du fruit est particulièrement riche en LTP (protéines de transfert lipidique), à l’origine de la sensibilisation, ce qui entraînerait les réactions allergiques à l’ingestion de pêches.

 

- l’influence des médicaments : certains traitements comme les AINS, les antihypertenseurs, les antiulcéreux et certains immunosuppresseurs peuvent jouer un rôle dans l’expression d’une allergie alimentaire latente.

 

- l’effort physique : l’effort physique est un cofacteur fréquemment retrouvé dans l’expression d’une allergie latente. Une des explications possibles serait liée à la réduction de la sécrétion gastrique, et donc de la digestion peptique des allergènes, au cours de l’effort physique. Il est donc recommandé de ne pas consommer d’aliments à risque 30 minutes après ou 3 heures avant un effort physique.

 

- les addictions : l’alcool augmenterait la perméabilité intestinale aux allergènes et le cannabis a été incriminé dans l’émergence d’AA singulières dans certains pays.

 

- les autres facteurs : certaines études suggèrent une influence des infections dans la survenue d’une AA. L’AA pourrait aussi être la conséquence d’une modification de la perméabilité intestinale favorisée par l’inflammation chronique.

 

Ce qu’il faut retenir

L’AA est plus fréquente chez l’adulte atopique, mais ne s’exprimera que dans un environnement particulier. Les origines géographiques et une exposition professionnelle particulière sont à rechercher. Certains médicaments peuvent potentialiser les effets de l’alcool et de l’exercice physique, modifiant la digestibilité des protéines et accroissant le passage des allergènes au travers de la barrière intestinale. Lorsque les facteurs sont combinés, le seuil de réactivité pour un aliment donné est abaissé et le risque de survenue d’une anaphylaxie s’accroît.

 

Morisset M et al. Les facteurs de risque d’allergie alimentaire chez l’adulte. Revue française d’allergologie, 2014 ; 54 : 513–8.

 

Date de publication : 28/11/2016