Nutrition & pathologies

Café, thé vert et taux d’adiponectine


Plusieurs études ont montré que la consommation de café est associée à une réduction du risque de diabète de type II, mais les mécanismes d’action ne sont toujours pas connus... Cette nouvelle étude contribue à les éclairer.

L’adiponectine est une hormone produite par le tissu adipeux, qui est impliquée entre autres, dans la régulation du métabolisme des lipides et du glucose. Les taux d’adiponectine sont inversement proportionnels aux réserves de graisses de l’organisme : ils sont plus faibles chez les obèses. Quand l’adiponectine augmente, l’insulinorésistance diminue et la perte de poids est facilitée. Plusieurs études ont montré qu’un taux élevé d’adiponectine est corrélé avec la diminution du risque de diabète de type II.

L’équipe japonaise de I. Imatoh a réalisé une étude transversale pour clarifier la relation entre la consommation de café ou de thé vert et les taux d’adiponectine observés chez l’homme. Les analyses ont été effectuées sur 665 employés de bureau japonais de sexe masculin lors de leur visite médicale annuelle. La fréquence de consommation de café ou de thé vert a été évaluée par un auto-questionnaire. Quatre catégories ont été référencées pour le café et pour le thé :

  • Pour le café : aucune consommation ; 1 à 5 tasses/semaine, 1 à 2 tasses/jour ; supérieur ou égale à 3 tasses/jour.
  • Pour le thé : aucune consommation ; 1 à 5 tasses/semaine, 1 à 3 tasses/jour ; supérieur ou égale à 4 tasses/jour.

Des analyses de variance et de covariance ont été ensuite effectuées (ANOVA et ANCOVA) puis les données ont été ajustées selon l’âge, le statut social, la consommation de tabac et d’alcool, l’activité physique… Les taux d’adiponectine ont été mesurés par un test immunoabsorbant lié à une enzyme (test ELISA).

Selon les auteurs, les taux moyens d’adiponectine sont associés de façon positive à la consommation de café (P<0,01). Les taux sont plus élevés avec une consommation plus importante. Une relation effet-dose entre la consommation de café et les taux d’adiponectine a même été observée après ajustement des facteurs confondants (P<0,05). Par contre, la consommation de thé vert n’est pas significativement associée aux taux moyens d’adiponectine (P = 0,90).

Taux d’adiponectine (µg/mL) en fonction de la consommation de café ou de thé

Taux d’adiponectine (µg/mL)

 

 

 

Café

 

Thé vert

 

   Aucune consommation

5,48

   Aucune consommation

6,15

   1-5 tasses/semaine

6,03

   1-5 tasses/semaine

5,90

   1-2 tasses par jour

6,32

   1-3 tasses par jour

6,04

   ≥ à 3 tasses par jour

6,17

   ≥ à 4 tasses par jour

6,06

   P

<0,01

   P

0,90

Les buveurs réguliers de café ont donc des taux plus élevés d’adiponectine (hormone qui diminue le risque de diabète de type II). Les composants spécifiques du café jouent certainement un rôle dans l’augmentation des taux d’adiponectine, car aucun effet n’est observé avec la consommation de thé vert. Toutefois, cette étude ne permet pas de conclure à un quelconque lien entre les composants du café et les taux de l’hormone. En effet, aucune donnée sur le type de café n’a été collectée durant l’étude et aucun mécanisme d’action n’a donc pu être trouvé.

Pour conclure, il y a une relation entre la consommation de café et le taux d’adiponectine qui est dose dépendant. Mais n’oublions pas que cette étude a été réalisée chez des hommes de nationalité japonaise, il n’est pas certain que l’on puisse extrapoler les résultats aux européens et aux femmes.

 

Imatoh. T et al. Coffee consumption but not green tea consumption is associated with adiponectin levels in Japanese males. Eur. J. Nutr., 2010, Sept 29 (published online Oct 16)

 

Date de publication: 10/12/2012