Nutrition & pathologies

La consommation de boissons «light» augmenterait le risque de diabète de type 2, au même titre que la consommation de boissons sucrées.


Une étude menée sur 66 118 Françaises confirme la relation entre la consommation de boissons sucrées et le risque de diabète de type 2 et montre que la consommation de boissons «light» augmenterait également le risque de développer un diabète de type 2. En revanche, la consommation de jus de fruit 100 % pur jus ne conduirait pas au même risque.

Les boissons sucrées sont responsables d’une augmentation du risque de diabète de type 2, de prise de poids, d’hypertension artérielle… Concernant l’effet sur la santé des boissons «light», les études sont peu nombreuses et les résultats obtenus contradictoires. Une équipe de chercheurs français a donc évalué l’effet des boissons «light», des boissons sucrées et du jus de fruit 100 % pur jus sur l’incidence du diabète du type 2.

Pour cela, 66 118 Françaises issues de l’étude de cohorte prospective E3N* ont été suivies pendant 14 ans. Leurs habitudes de consommation ont été relevées au moyen de questionnaires évaluant la fréquence, le volume et la nature des boissons consommées au cours de la journée. L’incidence du diabète de type 2 a été calculée à la fois à partir des déclarations des participantes et à la fois à partir des données de remboursement de la sécurité sociale. Durant la période de suivi, 1 369 nouveaux cas de diabète de type 2 ont été relevés.

En estimant, par un modèle de régression Cox, le risque de diabète de type 2 selon la consommation des boissons étudiées, les auteurs ont obtenu les résultats suivants :

  • les femmes rapportant la consommation de boissons sucrées la plus élevée (plus de 359 mL / semaine) , ont un risque de diabète de type 2 plus élevé que les non consommatrices : HR = 1,34 ; IC95 %(1,05-1,71) ;
  • les femmes rapportant la consommation de boissons «light» la plus élevée (plus de 603 mL / semaine) , ont également un risque plus élevé que les non consommatrices de développer un diabète de type 2 : HR = 2,21 ; IC95 %(1,56-3,14);
  • en revanche, il n’existe pas de relation entre la consommation de jus de fruit 100 % pur jus et l’incidence du diabète de type 2 ;

Ces résultats persistent après ajustement des données par les facteurs influençant le risque de diabète de type 2, dont l’indice de masse corporelle (IMC). Cependant, une analyse stratifiée par catégorie d’IMC montre que le risque s’atténue avec l’augmentation de l’IMC.  Chez les personnes obèses, le risque de diabète de type 2 est même indépendant de la consommation de boissons sucrées ou « light ».

 

Ce qu’il faut retenir

Les auteurs de cette étude ont confirmé la relation existant entre risque de diabète de type 2 et consommation de boissons sucrées, et ont également mis en évidence que les boissons «light» auraient le même effet, contrairement au jus de fruits 100 % pur jus. Cette découverte, bien que limitée à l’observation de femmes, va à l’encontre de l’image actuelle des boissons «light», encore largement recommandées comme une alternative plus saine aux boissons sucrées.

*E3N : L’ « Etude Epidémiologique auprès de femmes de la MGEN » est une enquête de cohorte prospective portant sur environ 100 000 volontaires françaises. Elle étudie leur mode de vie (alimentation, prise de traitements hormonaux...) d'une part, et l'évolution de leur état de santé d'autre part.

 

Fagherazzi G et al. Consumption of artificially and sugar-sweetened beverages and incident type 2 diabetes in the Etude Epidemiologique aupres des femmes de la Mutuelle Generale de l'Education Nationale-European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition cohort. Am J Clin Nutr. 2013;97(3):517-23.

 

Date de publication : 10/06/2013