Nutrition & pathologies

Manger trop vite augmenterait le risque de diabète de type 2


Selon une étude cas-témoin lituanienne, les personnes mangeant rapidement auraient environ 2,5 fois plus de risque de développer un diabète de type 2 que les personnes mangeant lentement.

Le diabète, dont la prévalence est en constante augmentation à travers le monde, représente un enjeu de santé publique majeur. Il est donc important d’identifier les facteurs de risque modifiables de la maladie afin de mettre en place des mesures de prévention. Pour cela, les auteurs de cette étude ont étudié le rôle du temps passé à manger dans le développement du diabète de type 2.

L’étude, conduite dans une clinique lituanienne, incluait 234 personnes (28 % d’hommes), de 35 à 86 ans, ayant eu un diabète de type 2 diagnostiqué dans l’année et 468 cas contrôles (absence de diabète confirmée). Les participants ont rempli des questionnaires concernant leurs antécédents médicaux et leur mode de vie. Leur taille, poids, glycémie et triglycéridémie ont été mesurés. La vitesse des repas était définie par une auto-évaluation, comparativement aux autres personnes présentes à table. Selon leurs réponses à la question « comment mangez-vous en comparaison aux autres sujets ? », les participants étaient répartis dans l’une des catégories suivantes : ceux mangeant vite, ceux mangeant normalement, et ceux mangeant lentement.

Le répartition des cas de diabète et des cas témoins aux sein des catégories de vitesse des repas a permis d’identifier que :

  • en analyse univariée, les sujets mangeant plus vite que le reste de la table ont un risque plus élevé de présenter un diabète de type 2 que ceux mangeant moins vite : OR = 2,26 ; IC95 %(1,44 - 3,55) ; p < 0,001.
  • après ajustement des données par les variables retenues pour l’analyse multivariée (antécédents familiaux de diabète, indice de masse corporelle, tour de taille, niveau d’éducation, activité physique, tabagisme et taux de triglycérides), les sujets mangeant plus vite que le reste de la table ont environ 2,5 fois plus de risque de présenter un diabète de type 2 que ceux mangeant moins vite : OR = 2,52 ; IC95 %(1,56 - 4,06) ; p < 0,001.

 

Ce qu’il faut retenir

Bien que limitée à un nombre de participants restreint, cette étude cas-témoin montre l’importance de manger lentement pour la santé. En effet, il semblerait que les individus mangeant le plus vite, seraient plus susceptibles de développer un diabète de type 2. La récolte d’informations par auto-déclaration, la faible taille de l’échantillon et la non prise en compte de l’apport énergétique total limitent cependant le significativité de ces résultats et invitent à réaliser des études plus approfondies sur le sujet.

 

Radzeviciene L, Ostrauskas R. Fast eating and the risk of type 2 diabetes mellitus: A case-control study. Clin Nutr 2013;32(2):232-5.

 

Publication : 11/06/2013