Nutrition & pathologies

Une étude française identifie un modèle alimentaire protecteur vis-à-vis des fractures ostéoporotiques


Un régime alimentaire riche en calcium, phosphore, vitamine B12, protéines et acides gras polyinsaturés associé à une quantité modérée d’alcool serait à l’origine de la réduction du risque de fracture du poignet et de la hanche chez les sujets de plus de 65 ans.

Avec le vieillissement de la population, les fractures liées à l’ostéoporose sont devenues un véritable problème de santé publique en raison de la morbi-mortalité et des coûts économiques associés. Le rôle des aliments dans la prévention de l’ostéoporose a été longuement étudié mais les études ont davantage porté sur les nutriments de façon isolée que sur l’effet de l’alimentation générale et de l’association des nutriments.

Les auteurs ont donc analysé la relation entre modèle alimentaire et incidence des fractures ostéoporotiques sur 3 principaux sites : hanche, poignet et vertèbres. L’analyse a porté sur 1 482 sujets (37 % d’hommes et 63 % de femmes) de 65 ans et plus issus de l’échantillon bordelais de l’étude Three-City. Les prises alimentaires des participants, recueillies grâce à un rappel de 24 h et un questionnaire de fréquence alimentaire ont été converties en apports nutritionnels via un logiciel (BILNUT®).  3 modèles alimentaires ont ensuite été extraits par une analyse en composantes principales (ACP) :

  • le premier est caractérisé par une consommation élevée de fruits et légumes, viande, poisson, charcuterie, céréales, riz, pâtes, pommes de terre, fromage et lait. Ce régime correspond à un apport important de calcium, phosphore, fer, vitamines du groupe B dont la vitamine B12, vitamines E et C, alcool, protéines et acides gras polyinsaturés (oméga 3 et 6).
  • le second est caractérisé par une faible consommation de légumes cuits et légumineuses, pâtes, produits laitiers, sucreries et volaille. Ces habitudes alimentaires donnent lieu à un apport important en rétinol, vitamines B9 et B12, et fer mais faible en calcium, phosphore, magnésium, potassium et macronutriments.
  • le troisième, dit « du sud-ouest français » est caractérisé par une consommation élevée de fromage, lait et charcuteries mais pauvre en fruits et légumes. Ce régime apporte calcium, phosphore, vitamines D et B12, rétinol, alcool, protéines et tous types d’acides gras à l’exception des oméga 6.

Les données correspondant à ces 3 modèles alimentaires ont ensuite été couplées aux données d’incidence de fractures auto-déclarées sur les 8 années de suivi de l’étude Three-City.

Après ajustement des données (selon le sexe, l’âge, l’apport énergétique, le niveau d’éducation, les traitements en cours, le statut marital, l’IMC, le tabagisme, l’ostéoporose déclarée…), les auteurs ont constaté que 2 des modèles alimentaires identifiés seraient associés à un moindre risque de fracture:

  • le modèle n°1 est associé à une diminution de 19 % du risque de fracture du poignet (p = 0,03) et une diminution de 14 % du risque de fracture sur les trois sites étudiés (p ≤ 0,04).
  • le modèle n°3, dit « du sud-ouest français » est associé à une diminution de 33 % du risque de fracture de la hanche (p = 0,03).

Le second modèle alimentaire identifié lors de l’ACP ne conduit à aucune modification de l’incidence des fractures ostéoporotiques, et ce, quel que soit le site étudié.

En recoupant les deux régimes associés à une modification de l’incidence des fractures, il est apparu que les nutriments communs, que sont le calcium, le phosphore, la vitamine B12, les protéines, les acides gras insaturés et l’alcool en quantité modérée, auraient un effet protecteur vis-à-vis des fractures ostéoporotiques. Ces nutriments étant en partie apportés par une consommation de viande, de charcuterie et de produits laitiers.

Ce qu’il faut retenir

Une consommation élevée de calcium, phosphore, vitamine B12, protéines, acides gras insaturés et alcool en quantité modérée serait associée à un moindre risque de fracture du poignet et de la hanche chez les adultes de plus de 65 ans.

Samieri C et al. Nutrient patterns and risk of fracture in older subjects: results from the Three-City Study. Osteoporos Int 2012 [Epub ahead of print].

 

Date de publication : 06/03/13