Nutrition & pathologies

Stabiliser une perte de poids


Stabiliser une perte de poids est toujours problématique. Vaut-il mieux, au long cours, pour maintenir le poids perdu, opter pour un régime riche en protéines (HP) ou riche en glucides complexes (HC) ?

Objectif

EA Delbridge 1 a voulu savoir quel est le macronutriment à privilégier dans la diète au long cours, afin de stabiliser une perte de poids et de limiter le risque cardio-vasculaire.

 

Protocole

Au départ de l’étude, ont été recrutés 180 hommes et femmes âgés de 18 à 75 ans ayant un IMC soit > 26 avec existence de comorbidités, soit > 29 sans facteur de risque associé.

L’étude a compris 2 phases.
Une première phase de 3 mois : amaigrissement obtenu grâce à un régime très basses calories (500-550 kcal/jour) par une préparation commerciale toute faite + 2 tasses de légumes (pauvres en amidon) avec 1 cuillère à soupe d’huile et par jour au moins 2 litres d’eau ou d’une boisson à très faible apport calorique. A l’issue de cette 1ère phase, les sujets devaient avoir perdu au moins 10 % de leur poids. Seuls 141 sujets ont atteint cet objectif (d’âge moyen 44 ans et d’un poids moyen de 110 kg). 
2è phase : stabilisation du poids de 12 mois. Les 141 participants ont reçu après randomisation, un régime différent (mais isocalorique):

  • pour 70 personnes, une alimentation riche en protéines (30 % de protéines, < 30 % de lipides, env. 40 % de glucides). Seuls 40 sujets ont fini l’étude.
  • pour 71 personnes, une alimentation riche en glucides (15 % de protéines,  < 30 % de lipides, env. 55 % de glucides en majorité complexes). 42 sujets ont fini l’étude.

 

Résultats

La perte de poids moyenne lors de la 1ère phase était de 16,5 + /- 0,5 kg. La perte moyenne de poids en fin de phase 2 de stabilisation chez les 82 sujets restant était de 14,5 +/- 1,2 kg (p < 0,001).
Aucune différence n’a été observée entre les groupes HP et HC quant au poids.
Par contre, après régression linéaire, seule la tension artérielle systolique est différente entre les 2 groupes : elle baissait statistiquement plus avec le régime riche en protéines (HP) : - 14,9 +/- 2,1 % versus - 12,3 +/- 2,1 % pour la diète HG (p = 0,375).
Il n’y avait pas de différences statistiquement significatives pour les autres paramètres : tour de taille, tour de hanche, masse grasse, cholestérol total, HDL et LDL cholestérol, triglycérides et TA diastolique.

 

Conclusion

En phase de stabilisation pondérale, on peut préférer une alimentation riche en protéines, dans le cadre d’une alimentation équilibrée et d’un mode de vie sain.

[1] Delbridge EA. Et al. One-year weight maintenance after significant weight loss in healthy overweight and obese subjets: does diet composition matter ?
Amer J Clin Nutr, 2009; 90: 1203-14

 

Date de publication: 10/12/2012