Nutrition & moments de vie

Le développement de l’oralité et l’apprentissage de la mastication


Le développement de l’oralité et l’apprentissage de la mastication

L’apprentissage de la mastication n’est pas un processus identique chez tous les enfants. Il est possible de l’optimiser en proposant des textures variées, et adaptées à l’âge de l’enfant. Enfin, un mauvais apprentissage de la mastication peut avoir des conséquences diverses à l’âge adulte comme de mauvaises habitudes alimentaires, des problèmes digestifs ou encore orthodontiques. 

Les 1000 premiers jours, depuis la conception jusqu’aux deux ans de l’enfant, sont une fenêtre d’opportunités extraordinaire pour la santé future à l’âge adulte.

 

Durant cette période, le développement de la mastication chez les jeunes enfants peut paraître une chose simple, à tort. Beaucoup de personnes pensent que tous les bébés apprendront de la même manière et au même moment.

 

Cependant, cela s’avère être un processus qui va bien au-delà de la mastication à proprement parler. Des études ont montré que :

  • une introduction au bon moment des différentes textures améliore l’acceptabilité1 des nouveaux aliments et pourrait rendre moins difficiles les adultes dans leurs préférences alimentaires ;
  • une mastication complète facilite la digestion et améliore l’absorption des nutriments2 ;
  • mastiquer permet un élargissement de la mâchoire, ce qui laisse plus d’espace pour les dents définitives3.

 

Les experts étudient comment les bébés mastiquent à l’aide de technologies 3D et de l’ElectroMyoGraphie (EMG) ; c’est ainsi qu’ils ont commencé à cartographier le développement des mouvements de mâchoires durant la mastication chez les jeunes enfants, au cours de leur croissance4,5.

 

Des études ont montré qu’entre 12 et 24 mois, un enfant :

  • Passe d’une mastication désordonnée à une mastication circulaire finement contrôlée4,6
  • Apprend comment maîtriser l’initiation et la durée de l’activité musculaire, la force déployée et la coordination des muscles de la mâchoire5

En collaboration avec des experts reconnus dans le domaine de l’oralité infantile, une étude est en cours pour :

  • Accroître les connaissances et l’expertise en matière de mastication chez les enfants
  • Développer des supports éducatifs pour les parents
  • Créer le premier modèle biomécanique afin d’identifier les meilleures structures et textures d’aliments pour optimiser la mastication chez l’enfant, à différents âges

 

Beaucoup de personnes pensent que les capacités d’un enfant à mastiquer sont liées à l’apparition de leurs dents. Mais en réalité, la mastication s’apprend ; tout comme un enfant qui apprend à dessiner et passe d’un trait incontrôlé à une ligne parfaitement contrôlée, il a aussi besoin d’apprendre comment gérer de nouvelles textures d’aliments.

 

 

Tout ceci a lieu alors même que d’incroyables changements anatomiques s’opèrent dans la bouche de l’enfant.

 

Les conséquences d’un mauvais apprentissage de la mastication sont multiples : non seulement cela peut impacter les habitudes et préférences alimentaires, mais aussi la manière de digérer les aliments, ou encore la fréquence à laquelle il devra rendre visite à un orthodontiste !

 

D’où l’importance de faire en sorte que cette étape se passe au mieux.

 

Ce qu’il faut retenir :

L’importance d’un bon apprentissage de la mastication ne doit pas être sous-estimée, car les conséquences peuvent être multiples à l’âge adulte et engendrer d’autres problèmes.

 

Pour en savoir plus :

https://www.nestlenutrition-institute.org/resources/library/Secured/theNest/Documents/The%20Nest_37/The%20Nest_vol%2037_Article%202.pdf

 

Références :

1. K. Northstone, P. Emmett, F. Nethersole and the ALSPAC Study Team. 2000. The effect of age of introduction to lumpy solids on foods eaten and reported feeding difficulties at 6 and 15 months. Unit of Paediatric & Perinatal Epidemiology, Bristol, UK.

2. Bridget A Cassady, James H Hollis, Angie D Fulford, Robert V Considine and Richard D Mattes; 2009; Mastication of almonds: effects of lipid bioaccessibility, appetite, and hormone response; Am J Clin Nutrvol. 89 no. 3 794-800.

3. M. Limme. 2010. The need of efficient chewing function in young children as prevention of dental malposition and malocclusion. Service d’Orthodontie et de Pédodontie, Institut de Dentisterie ULG / Policlinique L. Brull, Liège, Belgique.

4. Wilson EM, and Green JR. 2009. The development of jaw motion for mastication. Early Human Development 85 (5): 303-311.

5. Green JR, Moore CA, Ruark JL, Rodda PR, Morv+®e WT, and VanWitzenburg MJ. 1997. Development of chewing in children from 12 to 48 months: Longitudinal study of EMG patterns. Journal of Neurophysiology 77 (5): 2704- 2716. (see page 5 in the attached study for the sketch on muscle coordination).

6. Le Révérend BJ, Edelson LR, Loret C, Anatomical, functional, physiological and behavioural aspects of the development of mastication in early childhood., Br J Nutr. 2013 Sep 24:1-12.

 

Date de publication : 24/03/2016