Le lait maternel, l’aliment idéal du nourrisson, est recommandé durant au moins les six premiers mois de vie. Sa composition nutritionnelle, parfaitement adaptée aux besoins du nourrisson, diffère en tous points de celle du lait de vache.

La teneur en protéines du lait maternel mature est remarquablement faible, entre 0,8 et 1,0 g/100mL, démontrant une excellente absorption et une parfaite adéquation du profil en acides aminés avec les besoins du nourrisson. Le lait maternel contient trois fois moins de protéines que le lait de vache.

Les protéines du lait maternel sont aussi très spécifiques ; les caséines, qui ne représentent que 40% des protéines du lait maternel (contre 80% dans le lait de vache) sont différentes : elles forment des micelles plus petites que celles du lait de vache. Les protéines qui ne précipitent pas avec les caséines, appelées protéines solubles, représentent 60% des protéines du lait maternel. Ce pourcentage élevé de protéines solubles et les micelles de caséine de petite taille expliquent la coagulation plus fine du lait maternel dans l’estomac du nourrisson, contribuant à sa vidange rapide.

Parmi les protéines solubles du lait maternel, certaines ont des rôles fonctionnels essentiels et que l’on ne retrouve pas dans le lait de vache commercialisé, comme les immunoglobulines, la lactoferrine, des enzymes, des facteurs de croissance. A côté des protéines, un ensemble de peptides, acides aminés libres (dont la taurine), représente 20 à 25 % de l’azote total du lait maternel, alors qu’il n’en représente que 3 à 5 % dans le lait de vache.

La teneur en lipides du lait maternel mature est très proche de celle du lait de vache ; en revanche, leur digestibilité et leur coefficient d’absorption sont nettement supérieurs (95 % contre 80 % à 3 mois dans le lait de vache).

La meilleure digestibilité des graisses tient à la présence dans le lait maternel d'une lipase dépendante des acides biliaires du nouveau-né qui compense, au niveau duodénal, l'insuffisance des lipases pancréatiques ; s'y ajoute la structure différente des triglycérides : 70 % de l'acide palmitique (25 % des acides gras totaux) étant en position 2 sur le glycérol, il est bien absorbé sous forme de monoglycéride, ce qui n'est pas le cas avec le lait de vache.

Le lait maternel est riche en cholestérol, alors que le lait de vache en contient 3 à 4 fois moins. Enfin, le lait maternel contient des acides gras polyinsaturés (AGPI), acides gras essentiels (AGE) des familles Oméga 6 et Oméga 3 (respectivement acide linoléique et acide alpha-linolénique), et aussi des AGPI-CL à plus longue chaîne, en particulier l’acide arachidonique et l’acide docosahexaénoïque (DHA). Ces AGPI-CL jouent un rôle majeur dans le développement cérébral et rétinien.

Le lait maternel contient environ 7,5g/100mL de glucides, dont 6,3 g de lactose et 1,2 g d’oligosaccharides, alors que le lait de vache ne contient que du lactose. Les oligosaccharides du lait maternel sont plus de 200 ; non digestibles dans l’intestin grêle, ils jouent un rôle essentiel dans le développement du microbiote intestinal et dans la protection vis-à-vis des infections digestives.

Enfin, la teneur en minéraux du lait maternel est plus de 3 fois inférieure à celle du lait de vache, ce qui contribue, en plus de la faible teneur en protéines, à limiter la charge osmolaire rénale.

Comparaison des compositions du lait maternel et du lait de vache

Pour 100 mL Lait maternel mature Lait de vache entier UHT
Energie (kcal) 67 65

Protéines (g)

Protéines solubles (%)

Caséines (%)

1,0

60

40

3,2

20

80

Lipides (g)

Acide linoléique (mg)

Acide alpha-linolénique (mg)

3,5

350

37

3,7

57

19

Glucides (g)

Lactose (%)

Autres sucres (g)

7,5

85

Oligosaccharides (1,2)

4,7

100

0

Sels minéraux (mg) 210 900

Ce qu’il faut retenir :

Le lait maternel n’est pas un simple « véhicule » de nutriments. Il s’agit d’un produit biologique extrêmement complexe, très différent du lait de vache. Il est parfaitement adapté aux besoins du nourrisson.

Le lait de vache n’est pas recommandé car il ne couvre pas les besoins nutritionnels du nourrisson. Il en est de même pour tous les autres laits de mammifères (chèvre, jument, ânesse) ou jus végétaux (soja, riz, amande, châtaigne), qui ne sont pas du tout adaptés aux nourrissons.

Références :

Allaitement maternel, Archives de Pédiatrie 2013;20:S29-S48.

Allaitement maternel : les bénéfices pour la santé de l’enfant et de sa mère, PNNS, 2005.

Anses, Tables Ciqual 2013.

Avis ANSES. Journal de pédiatrie et de puériculture (2013) 26, 243—248.

S'ABONNER À LA NEWSLETTER

Enrichissez et actualisez vos connaissances sur la Nutrition en vous inscrivant à la Newsletter Nestlé Nutri Pro®.

newsletter