Nutrition générale

Le PNNS

Par Nestlé Nutri Pro ®

Depuis 2001, la France mène une véritable politique nutritionnelle de santé publique, coordonnée par le ministère de la santé et mise en œuvre à travers le Programme National Nutrition Santé (PNNS). Ce programme a pour objectif général l’amélioration de l’état de santé de l’ensemble de la population en agissant sur l’un des déterminants majeurs : la nutrition.

Qu’est-ce que le PNNS ?

Politique de santé publique ambitieuse et globale 1,2

Le PNNS, lancé en janvier 2001, est l’outil principal de la politique nutritionnelle menée par la France, dans le but d’améliorer la santé des Français en jouant sur le déterminant majeur que représente la nutrition. Les actions et mesures prévues dans le cadre de ce programme ont pour objectifs d’améliorer l’état nutritionnel de la population française, de réduire le risque de maladies, et d’optimiser l’état de santé et la qualité de vie, à tous les âges de la vie.

Le PNNS s’appuie sur 12 principes généraux :

  1. le terme « nutrition » englobe les questions relatives à l’alimentation et à l’activité physique
  2. le programme prend en compte les dimensions biologique, symbolique et sociale de l’acte alimentaire et de l’activité physique
  3. les orientations développées et messages promus dans le cadre du PNNS reposent sur une expertise scientifique organisée par les pouvoirs publics
  4. les actions mises en œuvre ont comme finalité de promouvoir, dans l’alimentation et le mode de vie, les facteurs de protection de la santé et de réduire l’exposition aux facteurs de risque de maladies chroniques, tout en intégrant la question des inégalités sociales de santé
  5. le PNNS privilégie la cohérence, la complémentarité et la synergie des différentes mesures, actions et réglementations pour tendre vers les objectifs fixés. Les mesures d’incitation adaptées aux différents types d’acteurs sont privilégiées. Des mesures réglementaires peuvent être mises en place si nécessaire pour lutter efficacement contre les inégalités sociales de santé en matière nutritionnelle.
  6. les stratégies et actions, mises en place et coordonnées dans le cadre des plans d’intervention développés par les pouvoirs publics qui ont un impact sur l’état nutritionnel de la population, doivent être cohérentes, sans contradiction, ni explicite ni par omission.
  7. les repères nutritionnels du PNNS visent à promouvoir une alimentation et une activité physique favorables à un état nutritionnel et à un état de santé optimaux. Aucun des messages du PNNS ne proscrit la consommation d’un quelconque aliment ou boisson mis sur le marché. Les repères nutritionnels conduisent, dans un objectif de santé, à promouvoir certaines catégories d’aliments et boissons, ainsi qu’à recommander la limitation d’autres catégories.
  8. les conditions de vie mais également l’environnement alimentaire et physique conditionnent fortement les comportements. Le PNNS doit contribuer à créer un environnement nutritionnel global, facilitant un choix positif pour la santé des consommateurs.
  9. le PNNS promeut et organise le dialogue avec les partenaires du programme au niveau national, régional et local.
  10. l’apposition du logo du PNNS sur des documents, outils, supports de communication ou descriptifs d’action, dans le cadre prévu par la réglementation, est le garant de leur validité au regard des objectifs du PNNS.
  11. toute stigmatisation des personnes fondée sur un comportement alimentaire ou un état nutritionnel particulier est bannie par le PNNS.
  12. le PNNS intègre l’évaluation régulière de ses objectifs chiffrés, et autant que possible, des actions ou mesures qu’il met en œuvre (indicateurs d’efficacité ou évaluation des processus).

Les objectifs du PNNS

En initiant en 2001 le Programme National Nutrition Santé, la France fut le premier pays à disposer d’une telle stratégie nutritionnelle de santé publique. Prévu initialement pour une durée de 5 ans (2001-2005), le PNNS visait 9 objectifs prioritaires quantifiés et indissociables, portant sur le comportement alimentaire, l’hygiène de vie en rapport avec la nutrition et l’état nutritionnel. Au-delà de ces objectifs nutritionnels chiffrés, visant l’ensemble de la population, le PNNS s’était fixé divers objectifs spécifiques relatifs à des populations ou problèmes particuliers comme réduire la carence en fer pendant la grossesse, promouvoir l’allaitement maternel ou encore prendre en compte les problèmes d’allergies alimentaires.3,4

Afin d’atteindre les objectifs fixés, le PNNS s’articulait autour de 6 axes stratégiques orientant chacun les actions à mettre en œuvre pendant la durée du programme. 3,4  Le Programme National Nutrition Santé 2001-2005 est disponible www.sante.gouv.fr.

 

PNNS  4

Objectifs prioritaires

  1. Augmenter la consommation de fruits et de légumes afin de réduire le nombre de petits consommateurs de fruits et de légumes d’au moins 25 %
  2. Augmenter la consommation de calcium afin de réduire de 25 % la population des sujets ayant des apports calciques en dessous des ANC, tout en réduisant de 25 % la prévalence des déficiences en vitamine D
  3. Réduire la contribution moyenne des apports lipidiques totaux à moins de 35 % des apports énergétiques journaliers, avec une réduction d’un quart de la consommation des acides gras saturés au niveau de la moyenne de la population (moins de 35 % des apports totaux de graisses)
  4. Augmenter la consommation de glucides afin qu’ils contribuent à plus de 50 % des apports énergétiques journaliers, en favorisant la consommation des aliments sources d’amidon, en réduisant de 25 % la consommation actuelle de sucres simples, et en augmentant de 50 % la consommation de fibres, – Réduire de 5 % la cholestérolémie moyenne dans la population des adultes
  5. Réduire l’apport d’alcool chez ceux qui consomment des boissons alcoolisées. Cet apport ne devrait pas dépasser l’équivalent de 20 g d’alcool pur par jour (soit 2 verres de vin de 10 cl ou 2 bières de 25 cl ou 6 cl d’alcool fort). Cet objectif vise la population générale et se situe dans le contexte nutritionnel (contribution excessive à l’apport énergétique) ; il n’est pas orienté sur la population des sujets présentant un problème d’alcoolisme chronique, redevable d’une prise en charge spécifique
  6. Réduire de 5 % la cholestérolémie moyenne dans la population des adultes
  7. Réduire de 10 mm de mercure la pression artérielle systolique chez les adultes
  8. Réduire de 20 % la prévalence du surpoids et de l’obésité (IMC > 25 kg/m²) chez les adultes et interrompre l’augmentation, particulièrement élevée au cours des dernières années, de la prévalence de l’obésité chez les enfants
  9. Augmenter l’activité physique quotidienne par une amélioration de 25 % du pourcentage des sujets faisant l’équivalent d’au moins une demi-heure de marche rapide par jour. La sédentarité étant un facteur de risque de maladies

Objectifs spécifiques

  1. Réduire la carence en fer pendant la grossesse
  2. Améliorer le statut en folates des femmes en âge de procréer, notamment, en cas de désir de grossesse
  3. Promouvoir l’allaitement maternel
  4. Améliorer le statut en fer, en calcium et en vitamine D des enfants et des adolescents
  5. Améliorer le statut en calcium et en vitamine D des personnes âgées
  6. Prévenir, dépister, limiter la dénutrition des personnes âgées
  7. Réduire la fréquence des déficiences vitaminiques et minérales et de la dénutrition parmi les populations en situation de précarité
  8. Protéger les sujets suivant des régimes restrictifs contre les déficiences vitaminiques et minérales ; prendre en charge les problèmes nutritionnels des sujets présentant des troubles du comportement alimentaire
  9. Prendre en compte les problèmes d’allergies alimentaires

Axes stratégiques

  1. Informer et orienter les consommateurs vers des choix alimentaires et un état nutritionnel satisfaisant
  2. Eduquer les jeunes et créer un environnement favorable à une consommation alimentaire et un état nutritionnel satisfaisant.
  3. Prévenir, dépister et prendre en charge les troubles nutritionnels dans le système de soins
  4. Impliquer les industriels de l’agro-alimentaire et la restauration collective ainsi que les consommateurs au travers des associations de consommateurs et de leurs structures techniquesMettre en place des systèmes de surveillance alimentaire et nutritionnelle de la population
  5. Développer la recherche en nutrition humaine : recherches épidémiologiques, comportementales et cliniques
  1. Engager des mesures et actions de santé publique complémentaires destinées à des groupes spécifiques de population

 

Au cours de ces 5 années, le PNNS a permis d’établir un socle de repères nutritionnels qui constitue désormais la référence française officielle. Ces repères ont été promus notamment grâce à un effort massif de communication par le biais de guides et de campagnes de communication de grande ampleur. 5,6

Face à l’accroissement de l’obésité et des pathologies liées à une mauvaise nutrition, il est apparu nécessaire de donner de nouvelles ambitions à cette politique nutritionnelle, notamment en termes de prévention et d’éducation à la santé. C’est ainsi que le PNNS a ensuite ajouté 4 grands axes :

  • améliorer la qualité de l’offre alimentaire, grâce à la mise en place des Chartes d’engagements de Progrès Nutritionnel, que vous pouvez trouver ici. Ces chartes sont une opportunité donnée aux entreprises de l’agro-alimentaire de s’engager auprès des Pouvoirs Publics pour continuer à améliorer les produits. Ces chartes reconnaissent également la démarche initiée depuis plusieurs années par les entreprises signataires.
  • un plan de dépistage précoce et prise en charge de l’obésité
  • des plans spécifiques pour les populations défavorisées et les personnes en situation de précarité et un dispositif de soutien aux actions locales
  • initier une réflexion sur l’image du corps

La synthèse du deuxième Programme National Nutrition Santé 2006-2010 est disponible ici.

Le PNNS : des résultats

Le PNNS a permis la mobilisation de nombreux acteurs et plusieurs objectifs initialement fixés ont été partiellement ou totalement atteints, comme :

  • la réduction de la prévalence du surpoids et de l’obésité chez l’enfant
  • la réduction de la consommation de sel ou de sucre
  • l’augmentation de la consommation de fruits chez les adultes

Ces améliorations n’ont toutefois pas concerné de façon homogène toutes les composantes de la population et les inégalités sociales de santé se sont creusées dans le domaine de la nutrition. En septembre 2010 a donc été lancé le PNNS 2011-2015 avec notamment pour objectif prioritaire la lutte contre les inégalités sociales de santé. 7

 

Le PNNS sur la période 2011-2015

En avril 2010, le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a défini des objectifs destinés à piloter et évaluer la politique nutritionnelle où la question des inégalités sociales de santé a fait l’objet d’une attention particulière. Le PNNS 2011-2015 est disponible ici.

4 objectifs généraux ont ainsi été proposés :

  1. réduire l’obésité et le surpoids dans la population
  • stabiliser la prévalence de l’obésité et réduire le surpoids chez les adultes
  • diminuer la prévalence de l’obésité et du surpoids chez les enfants et les adolescents
  1. augmenter l’activité physique et diminuer la sédentarité à tous les âges
  • augmenter l’activité physique chez les adultes
  • augmenter l’activité physique et lutter contre la sédentarité chez les enfants et les adolescents
  1. améliorer les pratiques alimentaires et les apports nutritionnels, notamment chez les populations à risque
  • augmenter la consommation de fruits et légumes
  • réduire la consommation de sel
  • augmenter les apports en calcium dans les groupes à risque
  • lutter contre la carence en fer chez les femmes en situation de pauvreté
  • améliorer le statut en folates des femmes en âge de procréer
  • promouvoir l’allaitement maternel
  1. réduire la prévalence des pathologies nutritionnelles
  • dénutrition, troubles du comportement alimentaire

Ces objectifs nutritionnels structurent les orientations stratégiques et servent de base pour définir les actions prévues pour le PNNS et le Plan Obésité.

Pour en savoir plus

 

Sources 

  1. Hercberg S. Eléments de bilan du PNNS (2001-2005) et propositions de nouvelles stratégies pour le PNNS2 (2006-2008). Pour une grande mobilisation nationale de tous les acteurs pour la promotion de la nutrition en France. Février 2006.
  2. www.mangerbouger.fr/pro
  3. PNNS 2001-2005. Présentation générale du programme disponible sur le site : http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/presentation_generale_programme.pdf
  4. Le Programme National Nutrition Santé 2001-2005. Disponible sur le site : http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/1n1.pdf
  5. Deuxième Programme National Nutrition Santé 2006-2010. Synthèse. Disponible sur le site : http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/synthese-4.pdf
  6. Deuxième Programme National Nutrition Santé 2006-2010. Actions et mesures. Disponible sur le site : http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/plan.pdf
  7. PNNS 2011-2015. Disponible sur le site : http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/PNNS_2011-2015.pdf

 

Date de publication: 10/12/2012