Nutrition & pathologies

Alimentation et cancer colorectal


cancer colorectal

Cet article, basé sur plusieurs études et méta-analyses, a pour objectif de présenter les relations entre les consommations d’aliments et l’incidence du cancer colorectal (CCR). Certaines conclusions ont permis de définir des habitudes alimentaires préventives face à cette pathologie.

Le cancer colorectal se situe au troisième rang des cancers les plus fréquents en France,  derrière ceux de la prostate et du sein. Il s’agit de la deuxième cause de décès par cancer après le cancer du poumon. L’alimentation pourrait avoir un rôle dans la prévention du risque de CCR. Avec différents niveaux de preuves, cet article a mis en évidence deux groupes d’aliments distincts : ceux qui augmentent le risque de CCR et ceux qui le diminuent.

 

Les consommations de viandes rouges, viandes transformées et boissons alcoolisées sont associées à un risque augmenté de CCR. Concernant la consommation de viande rouge, la majorité des études a rapporté un risque significativement augmenté de CCR chez les plus forts consommateurs, soit plus de 100g par jour.

 

 

Augmentation du risque de CCR en fonction de l’apport quotidien (relation dose-réponse)

Augmentation du risque de CCR en fonction du type de consommateurs (plus forts versus plus faibles)

Niveau de preuve

Viandes rouges (bœuf, porc, agneau, veau)

17% pour 100 g/j

+12-22%

Convaincant

Viandes transformées (charcuteries)

18% pour 50 g/j

+16-18%

Convaincant

Boissons alcoolisées

7% pour 100 g/j

 

+21% pour 2-3 verres/j

+52% pour 4 verres/j

♂ : Convaincant

♀ : Probable

 

L’association entre consommation de viandes et risque de CCR pourrait s’expliquer par la présence de l’hème dans la viande, qui pourrait favoriser la formation de composés cancérogènes par les bactéries du colon. De plus, la cuisson de la viande à température élevée conduit à la production d’amines hétérocycliques et d’hydrocarbures aromatiques polycycliques susceptible de favoriser le développement de cancer du côlon.

L’augmentation du risque de cancer colorectal due à la consommation d’alcool résulte d’un défaut de transformation de l’acétaldéhyde, formé à partir de l’éthanol, en acétate. L’acétaldéhyde, cancérogène reconnu pour sa réactivité vis-à-vis de l’ADN, va rester plus longtemps en contact avec la muqueuse avant d’être éliminé.

 

A l’inverse, la consommation de lait, fruits, légumes et produits céréaliers complets pourraient réduire le risque de développer un cancer du côlon et du rectum. Plusieurs études, à niveaux de preuves différents, ont ainsi été réalisées.

 

 

Diminution du risque de CCR en fonction de l’apport quotidien (relation dose-réponse)

Diminution du risque de CCR en fonction du type de consommateurs (plus forts versus plus faibles)

Niveau de preuve

Lait

9% pour 200 g/j

20-30% pour 500-800 g/j

17%

Probable

Fruits

3% pour 100 g/j

10%

Suggéré

Légumes

2% pour 100 g/j

9%

Suggéré

Fibres

10% pour 10 g/j

 

Convaincant

Produits céréaliers complets

17% pour 90 g/j

21%

Convaincant

 

En consommant du lait, la réduction du risque de CCR s’explique par la présence de calcium, qui réduirait le nombre de mutation du gène KRAS, impliqué dans le cancer colorectal. Mais les acides gras, la lactoferrine et la vitamine D joueraient également un rôle.

L’effet préventif des fruits et légumes pourrait provenir des fibres, antioxydants, vitamines ou minéraux qui protègeraient contre le stress oxydatif et l’inflammation.

Enfin, la présence importante de fibres insolubles dans les produits complets, permet d’augmenter le volume des selles, et de diluer ainsi les éléments carcinogènes.

 

Ce qu’il faut retenir

 

Dans un objectif de prévention de cancer colorectal, il est important de promouvoir une alimentation équilibrée, riche en fruits et légumes, en produits céréaliers complets, en lait et en fibres alimentaires, sans excès de viandes rouges et charcuteries, et de réduire la consommation de boissons alcoolisées. En plus de ces modifications alimentaires, d’autres facteurs de mode de vie pourraient permettre de diminuer considérablement le poids du cancer colorectal en France.

 

 

Lafay L, Ancellin R. Alimentation et cancer colorectal. Cahier de nutrition et de diététique. 2015;50(11):262-270

 

Date de publication : 23/05/2016