Nutrition & pathologies

Prévention de l'obésité infantile


Obésite infantile programme

Les résultats du programme « Vivons en forme », destiné à prévenir l’obésité chez l’enfant, sont disponibles pour 5 villes : un recul de l’obésité y est retrouvé, même dans les zones défavorisées.

« Vivons en forme » est un programme de prévention santé porté par l’Association FLVS. Son objectif est de prévenir l'obésité chez l'enfant, garantir la santé et le bien-être de tous et contribuer à réduire les inégalités sociales de santé en matière d'alimentation et d'activité physique. Ce programme est basé sur des interventions concrètes de terrain et sur la mobilisation des acteurs qui accompagnent les enfants au quotidien dans les villes concernées (école, périscolaire, restauration scolaire, associations sportives ou de loisirs…). Pour mesurer l’impact de ces interventions sur le surpoids et l’obésité, des relevés poids-taille des enfants ont été effectuées de manière indépendante, grâce à une collaboration avec la médecine scolaire et les infirmières scolaires.

Des résultats sont aujourd’hui disponibles dans 5 villes. Ils montrent une diminution de la prévalence du surpoids et de l’obésité chez les enfants de la tranche d'âge maternelle-CM2, y compris dans les quartiers classés en zones d’éducation prioritaire (ZEP).

Voici les données d’évolution de la prévalence du surpoids et de l’obésité des enfants :

  • Vitré : la prévalence est passée de 10,44 % (139/1332) en 2005 à 8,28 % (116/1401) en 2008, soit une baisse de 2,16 points (-21 %). Taux de chômage : 10,2 %.
  • Royan : la prévalence diminue également, passant de 17,32 % (182/1051) en 2005 à 12,47 % (13/906) en 2014, soit une baisse de 4,85 points (-28 %). Taux de chômage : 17,4 %.
  • Meyzieu : la diminution est encore plus forte avec une prévalence de 27,58 % (95/330) en 2005 et de 13,57 % (49/361) en 2014, soit une baisse de 14,01 points (-51 %). Taux de chômage : 11,5 %.
  • Saint-Quentin : on note une baisse entre 2008 (22,63 %, 853/3769) et 2013 (22,26 %, 800/3594), soit 0,37 point (-1,6 %). Taux de chômage : 22,5 %.
  • Douchy-les-Mines : la prévalence est passée de 30,13 % (207/687) en 2008 à 26,07 % (220/844) en 2014, soit une baisse de 4,06 points (-13,5 %). Taux de chômage : 23,9 %.

Cette baisse reste plus importante dans les villes où le taux de chômage est moins important (Vitré, Royan, Meyzieu), mais elle est notable également dans des zones moins favorisées. Dans la communauté d’agglomération de la Porte du Hainaut, dans la ville de Douchy-les-Mines, la prévalence du surpoids et de l’obésité des enfants a diminué entre 2008 et 2014, passant de 30,13 % à 26,07 %, soit une baisse de 13,5 %. A Saint-Quentin, la prévalence sur l’ensemble de la ville est stable, mais tend à baisser entre 2007 et 2013 dans les zones d’éducation prioritaire (de 25,55 % en 2007 à 24,48 % en 2013).

 

Ce qu’il faut retenir

Les programmes d’intervention sur la prévention du surpoids et de l’obésité des enfants peuvent contribuer à en diminuer la prévalence, même dans les zones défavorisées.

 

Programme Vivons en forme, Conseil économique, social et environnemental. « Oui, l’obésité infantile peut reculer, même au sein des populations en vulnérabilité sociale. Des chiffres inédits obtenus dans des villes du programme Vivons en Forme ». Communiqué de presse du 12 décembre 2014.

Disponible sur http://www.vivons-en-forme.org/images/pages/cese/Communique-de-presse-CESE.pdf

 

Date de publication : 09/04/2015