Nutrition générale

Apports hydriques : sont- ils suffisants dans la population française ?


Hydratation, Enfant , Eau

L’enquête CCAF 2013, menée par le Crédoc, s’est intéressée à la consommation d’eau totale en France (soit l’eau des aliments et des boissons). Les résultats ont montré que les Français n’atteignent pas les apports hydriques recommandés. Cette difficulté s’explique essentiellement par une consommation insuffisante d’eau via les boissons. Cette tendance pose d’autant plus question que les enfants et adolescents ont tendance à boire de moins en moins d’eau au fil du temps.

L’enquête CCAF 2013 a été conduite auprès d’échantillons représentatifs de la population française et constitués de 948 enfants de 3 à 17 ans et 1091 adultes de 18 ans et plus.

Les apports hydriques journaliers ont été évalués au regard des recommandations définies pour différentes tranches d’âge par l’EFSA*. Les apports hydriques totaux tels que considérés dans l’enquête englobaient donc l’eau issue des aliments et celle provenant des boissons. Une analyse a également permis de calculer la part des apports en eau à attribuer exclusivement aux boissons, et ce par typologie de boissons.

L’enquête montre que les apports hydriques sont insuffisants quel que soit l’âge : près de 90% des 3-17 ans et 73% des 18 ans et plus ont des apports hydriques totaux inférieurs aux recommandations. Si la contribution des aliments aux apports en eau est en adéquation avec les observations de l’EFSA*, les boissons sont, elles, consommées en trop faibles quantités pour couvrir les apports hydriques totaux recommandés par l’instance européenne. En effet, chez les adultes par exemple, la consommation moyenne de boissons est de 1,2 l/j (vs. 1,5 l d’eau/j recommandés). Ces quantités bues s’inscrivent dans une tendance de fond puisqu’elles sont globalement stables depuis 10 ans. 

L’eau de boisson (du robinet, de source ou minérale) reste le premier contributeur aux apports hydriques en France. En 2013, elle représentait 45% des volumes bus par les Français de 3 ans et plus. Une proportion qui varie toutefois selon l’âge : elle comptait pour plus de 50% des volumes bus par les enfants et adolescents, mais seulement pour 44% chez les adultes et seniors. Un constat d’autant plus préoccupant que l’eau est la seule boisson indispensable.

Les autres boissons consommées par les Français de 3 ans et plus sont les boissons chaudes non lactées (21%), les boissons lactées (13%), les boissons rafraîchissantes sans alcool (6,5%), les jus et nectars (5,6%), les autres boissons sans alcool (0,3%) et les boissons alcoolisées (7,7%).

Enfin, un dernier point est important à noter : la consommation totale d’eau de boisson diminue au cours du temps chez les enfants et les adolescents (entre 2003 et 2013). Une évolution qui s’explique par une baisse globale des apports hydriques dans cette tranche de la population au fil des années.

 

Ce qu'il faut retenir : 

Les apports hydriques sont insuffisants en France. Les données CCAF 2013 montrent, en parallèle, que la consommation de boissons se concentre essentiellement sur le temps des repas. Multiplier les occasions de consommation et, pour cela, inciter les Français à boire de l’eau régulièrement tout au long de la journée pourrait favoriser une hausse des apports hydriques.

* Autorité Européenne de Sécurité des Aliments

 

Hébel P. Evolution de la consommation de boissons en France. Cahiers de Nutrition et de Diététique 2015;50(HS1):S13-S21.

Date de publication : 19/05/2017