Nutrition générale

Consommation de fruits et de légumes en France vs USA chez les enfants


consommation_de_fruits_et_de_legumes_en_france_vs_usa_chez_les_enfants

De nombreuses études ont montré que la consommation de fruits et de légumes pourrait prévenir le développement du diabète et de l’obésité chez l’enfant. Une nouvelle étude ethnographique analyse les habitudes alimentaires des français et des américains, et identifie certains impacts sur la consommation de fruits et de légumes chez l’enfant.

Selon le rapport 2014 de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques), la France est l’un des pays développés les moins touchés par le surpoids et l’obésité de l’enfant dans le monde avec 14 % d’obésité infantile contre 35 % aux Etats-Unis. 8 familles américaines et 8 familles françaises, composées de 2 à 3 enfants chacune, ont été filmées durant 2 semaines. Pour chaque famille, 2 dîners en semaine ont été analysés afin d’identifier la présence de fruits et de légumes dans l’alimentation de leurs enfants et les différences culturelles associées à leur consommation.

 

Un total de 27 fruits a été servi au cours de l’ensemble des 16 dîners français, contre seulement 4 chez les américains. En effet, si les fruits font partie intégrante du dîner des français avec une à deux variétés généralement servies à la fin du repas, ils ne font pas partie des habitudes alimentaires des américains qui réserveront leur éventuelle consommation au moment du petit-déjeuner ou du « goûter ». De plus, le fait que les parents des familles françaises proposent aux enfants des fruits préalablement pelés et coupés favorise leur consommation. Ainsi, l’organisation culturelle du repas et l’attitude des parents influencent la présence de fruits dans l’alimentation des enfants.

 

Un total de 33 légumes a été servi au cours de l’ensemble des 16 dîners français, contre 22 chez les américains. Mais la présence de légumes au cours du dîner ne garantit pas forcément leur consommation, en particulier chez les enfants des familles américaines. Plusieurs facteurs ont été étudiés afin d’analyser la place des légumes dans l’alimentation de ces deux populations. Parmi eux :

  • La structure du repas : le dîner des français est bien plus organisé que celui des américains. En effet, jusqu’à 5 plats peuvent être proposés séparément si l’on compte l’entrée, le plat principal, la salade, le fromage et le dessert. Ce type de repas offre alors une opportunité pour les enfants d’avoir une alimentation riche en légumes. De plus, l’enchaînement des plats les uns à la suite des autres pousse l’enfant à consommer chacun d’entre eux. Le phénomène inverse est observé chez les familles américaines où l’ensemble du repas est servi en une seule fois permettant à l’enfant de sélectionner ce qu’il préfère manger et d’éviter les légumes sans que cela se remarque.
  • Le contenu de l’assiette : la quantité de légumes au sein de l’assiette des français est généralement plus importante que celle des américains. Contrairement à la majorité des dîners des français, les légumes représentent rarement l’aliment principal d’un dîner américain ; les aliments principaux restant la viande et les féculents.
  • Les relations parents-enfants : les parents français communiquent à leurs enfants la notion de plaisir dans l’alimentation et l’importance des ingrédients, du goût et de la préparation. Cette façon ludique d’organiser leur repas permet aux enfants d’accepter plus facilement la présence de légumes dans leur alimentation. De plus, contrairement aux américains qui ont tendance à donner à leurs enfants le choix de manger ou non des légumes, les français insistent davantage pour que leurs enfants mangent ou au moins goûtent ce qui leur est servi. Dans 58 % des cas, les enfants français ont mangé la quantité de légumes attendue, contre seulement 27 % des cas pour les américains.

 

Ce qu’il faut retenir :

La consommation de fruits et de légumes est étroitement liée aux préférences culturelles face à l’organisation des repas (contenu, moment et façon dont les aliments sont servis). La culture française semble favoriser davantage la consommation de fruits et de légumes par rapport au modèle américain.

 

Kremer-Sadlik T, Morgensterm A, Peters C et al. Eating fruits and vegetables. An ethnographic study of American and French family dinners. Appetite 2015;89:84-92.

 

Date de publication : 26/09/2016