Nutrition & pathologies

La Société Francophone de Diabétologie (SFD) publie de nouvelles recommandations sur la pratique d’une activité physique chez les diabétiques de type 2.


Étant donnés les bénéfices de l’exercice physique sur la prévention, la morbidité et la mortalité associées au diabète de type 2, la Société Francophone de Diabétologie (SFD) a émis de nouvelles recommandations sur le sujet. Celles-ci ont pour objectif de fournir aux patients des conseils concrets, en prenant en compte leurs spécificités, afin de les motiver à pratiquer une activité physique adaptée sur le long terme.

Les études montrent que l’activité physique réduit l’incidence du diabète de type 2 chez les sujets à haut risque et permet, chez les patients diabétiques, une amélioration du contrôle de la glycémie, de la tension artérielle, du profil lipidique et de la résistance à l’insuline. Cependant, malgré ces multiples bénéfices, encore trop peu de patients pratiquent une activité physique suffisante. La SFD a donc émis des recommandations afin de développer la pratique sportive chez les patients diabétiques. Elles ont pour objectif de fournir des conseils aux praticiens pour qu’ils puissent mettre en œuvre des mesures adaptées aux patients et efficaces sur le long terme.

La SFD recommande ainsi aux médecins d’évaluer l’endurance des patients, de promouvoir les bénéfices d’une activité physique régulière sur leur maladie, d’évaluer leurs motivations et les obstacles qu’ils rencontrent et d’orienter les patients vers des organisations sportives compétentes.

Il devra être recommandé aux patients de :

  • combattre les comportements sédentaires : le temps d’inactivité devra ainsi être limité à moins de 7 heures par jour et des pauses de minimum 1 minute seront conseillées au cours des activités sédentaires (travail de bureau ou devant un ordinateur par exemple) ;
  • augmenter l’activité physique dans la vie quotidienne : il sera conseillé aux patients de marcher davantage, favoriser les escaliers à l’ascenseur… ;
  • pratiquer une activité sportive ou physique combinant exercices d’endurance et de musculation. L’objectif sera d’atteindre 150 minutes d’exercices modérés par semaine en 3 à 7 sessions (par exemple, 5 sessions de 30 minutes) ou 90 minutes d’exercice intense en 3 sessions (par exemple, 3 sessions de 30 minutes). Chaque session pourra être divisée en fractions de 10 minutes et ne devra pas être espacée de plus de 2 jours. La période postprandiale devra être favorisée pour les exercices d’endurance ;
  • surveiller sa glycémie et ses pieds avant et après l’exercice et d’utiliser un équipement adapté.

Ces exercices doivent être instaurés progressivement et sous contrôle médical, à travers une approche personnalisée. L’utilisation d’un cahier où le patient pourra noter la durée de l’exercice et les mesures de sa glycémie avant et après la séance pourra lui permettre une meilleure autonomie dans l’adaptation de ses médicaments. Afin de favoriser l’adhésion du patient au long cours, un programme personnalisé, basé sur l’analyse de ses envies et de son quotidien, devra lui être proposé.

 

Ce qu’il faut retenir

La pratique d’une activité sportive régulière est essentielle dans la prise en charge du diabète de type 2. Les nouvelles recommandations de la SFD insistent donc sur la nécessité d’une prise en charge régulière, alternant exercices d’endurance et de musculation, et basée sur une approche personnalisée afin d’optimiser l’adhésion du patient sur le long terme. Cette prise en charge doit donc associer le patient, les professionnels de santé, mais également les établissements partenaires en ville (clubs, associations, fédérations…).

 

Duclos M. et al. Physical activity and type 2 diabetes. Recommandations of the SFD (Francophone Diabetes Society) diabetes and physical activity working group. Diabetes & Metabolism 2013;39(3):205-216.

 

Date de publication : 17/07/2013