Et si on réhabilitait le plaisir alimentaire pour bien manger ?

Quel rôle joue le plaisir pour faire évoluer les comportements alimentaires ? Le diététicien comportementaliste Stève Lollivier donne les réponses clés et des conseils pratiques pour comprendre l’importance du plaisir alimentaire dans une alimentation saine, variée et équilibrée.

 

1/ « Plaisirs alimentaires », de quoi parle-t-on ?

Les plaisirs alimentaires sont multiples, les aliments n’ont pas pour rôle unique de nourrir le corps, ils ont aussi pour fonction de nourrir l’esprit. Le plaisir alimentaire est d’abord fait de désir avant la prise alimentaire, puis lorsque nous mangeons, nous allons vivre des plaisirs sensoriels mais également des plaisirs symboliques faits de partage, de convivialité, de détente, de souvenirs mais également de réconfort. 

 

2/ Pourquoi le plaisir est-il essentiel à notre alimentation ?

Manger étant un besoin vital, la nature y a adjoint du plaisir afin de nous motiver, de nous inciter à manger pour faire perdurer l’espèce. 

De plus le plaisir alimentaire est au cœur de la régulation neuro-physiologique, cette régulation naturelle qui permet de manger à la fois à ses besoins quantitativement et qualitativement.

 

3/ Quelles conséquences quand on lutte contre le plaisir alimentaire ?

Le plaisir alimentaire étant naturel, lutter contre est contre-nature. Cela va induire des perturbations du comportement alimentaire à moyen terme, ce qui aura pour conséquence des surconsommations caloriques mais également une diminution de la variété alimentaire en exacerbant les tentations pour les aliments gras et sucrés. 

 

4/ Quels conseils pour apaiser sa relation à l’alimentation ?

Pour apaiser il faut être rassuré. Cette réassurance pourrait être apportée par l’écoute de ses sensations alimentaires, qui sont constituées de la faim, des rassasiements, de la satiété et des appétits spécifiques. Les sensations alimentaires permettent de manger à ses justes besoins aussi bien qualitativement que quantitativement. 

 

5/ En quoi le rassasiement est-il rassurant ?

Le rassasiement est rassurant puisqu’il marque la fin de la prise alimentaire, c’est un plaisir de manger qui s’estompe. Il est obtenu de manière efficace, en choisissant des aliments de bonne qualité organoleptique mais également qui seront plaisants au moment de la prise alimentaire, et bien entendu il est important de soigner la présentation de la table.

Et n’oublions pas de manger en pleine conscience en utilisant ses 5 sens, ce qui va exacerber le plaisir de manger, cela implique bien entendu de manger sans aucune autre activité. 

 

6/ Que faut–il retenir sur le réconfort alimentaire ?

Le réconfort alimentaire sera efficace si on l’accueille avec bienveillance. Ensuite il va falloir choisir avec soin l’aliment qui sera le plus réconfortant au moment de notre envie alimentaire.  

Le plus important est de vivre pleinement le réconfort au moment de la prise alimentaire ; L’esprit, ainsi apaisé, ne réclamera probablement plus de nourriture par la suite. 

 

7/ Que penser des prises alimentaires sans faim ?

Ce qu’il faut savoir c’est que nos prises alimentaires sans faim sont naturellement régulées. Pour cela, il suffira au repas suivant d’écouter à nouveau nos sensations alimentaires pour rester en adéquation avec nos besoins.