Sommaire

Haro sur les clichés ! La qualité des plats préparés vendus au rayon frais va dans le sens des recommandations… à condition de faire les bons choix.   

L’OQALI a publié un bilan de l’évolution du secteur des plats cuisinés frais entre 2009, 2016 et 2020 en termes d’offre alimentaire, d’informations étiquetées et de composition nutritionnelle (matières grasses, acides gras saturés, sucres, fibres, protéines et sel).

Au total, 820 références ont été recueillies en 2009, 1343 en 2016 et 2251 en 2020 classées en 37 familles de produits (choucroutes, gratins, viandes cuisinées, etc.) et qui couvrent 5 segments de marché (marques nationales, marques de distributeurs, marques entrées de gamme, hard discount et distributeurs spécialisés bio.

Une offre qui se réoriente

Le marché des plats cuisinés vendus au rayon frais est en croissance avec une hausse de 23 % du volume des ventes entre 2016 et 2020 (+65 % entre 2009-2020). L’offre (en nombre de références) a évolué de familles de produits autour de « viandes légumes féculents » en 2009 et 2016 vers des produits à dominante « Pâtes et gnocchis farcis » en 2020. Les marques nationales sont plus présentes sur le marché en 2020 qu’en 2009 et 2016 où dominaient les marques distributeurs. Entre 2016 et 2020, un important renouvellement de l’offre est observé avec près de la moitié des produits retirés du marché.

Plus d’allégations nutritionnelles

En termes d’informations disponibles sur les emballages, des évolutions significatives de la fréquence d’affichage de certains paramètres d’étiquetage ont été observés entre 2009 et 2016. La proportion d’allégation nutritionnelle augmente nettement (+18 points de pourcentage), sur les protéines le plus souvent. La proportion d’allégations de santé reste la même (celles concernant les acides gras insaturés en lien avec les maladies cardiovasculaires prédominent). La présence d’un repère nutritionnel diminue significativement entre 2009 et 2020 (44 points de pourcentage). La proportion de produits présentant une portion indiquée également (-20 pp) ainsi que de produits présentant des valeurs nutritionnelles par portion (-17 pp).

Une amélioration des recettes dans quelques familles 

Des évolutions significatives ont été mises en évidence pour les six nutriments suivis avec entre 2009 et 2020 : (1) une diminution des teneurs en matières grasses (sans évolution entre 2016 et 2020) dans deux familles de produits, (2) une diminution des teneurs en acides gras saturés dans cinq familles de produits, (3) une diminution des teneurs en sucres dans huit familles, (4) une diminution des teneurs en fibres dans sept familles, (5) une diminution des teneurs en sel dans sept familles.

La qualité nutritionnelle du secteur va dans le sens des recommandations

L’Oqali a évalué les contributions relatives des changements de l’offre globale (évolution de la qualité nutritionnelle des aliments) et de la demande (substitutions réalisées par les consommateurs) à l’évolution de la qualité nutritionnelle moyenne du secteur. Entre 2016 et 2020, une augmentation de la teneur moyenne pondérée (sur les parts de marché) est constatée pour les protéines (+3 %) tandis qu’une diminution des teneurs est notée pour les matières grasses (-0,3 %), les acides gras saturés (-5 %), les sucres (-7 %), les fibres (-1 %) et le sel (-3 %). Les changements de l’offre, tant en termes de reformulation que de renouvellement de l’offre vont dans le sens des recommandations nutritionnelles pour les acides gras saturés, les sucres, les protéines et le sel. En revanche, les substitutions réalisées par les consommateurs, au sein des produits existants en 2016 et 2020 vont à l’encontre des recommandations nutritionnelles pour l’ensemble des nutriments étudiés, hormis le sel.

Un tiers des plats préparés portent un Nutri-Score

En 2020, sur les 2251 produits étudiés, 33 % apposent le Nutri-Score, principalement classés B (45 %), A (28 %) et C (24 %) puis D (3 %) et E (1 %).
Parmi les 37 familles du secteur, 36 d’entre elles présentent au moins un produit porteur du Nutri-Score avec une majorité classée en A et/ou B (24 familles). Les produits porteurs du logo sont principalement des marques nationales (63 %) et des marques de distributeurs (34 %). Les hard discount et marques d’entrée de gamme le portent plus rarement (2 % et 1 % respectivement). Pour les marques nationales et les marques de distributeurs, les produits porteurs du Nutri-Score sont majoritairement de classes A (84 %) et B (56 %). On ne peut s’interdire de penser que les 66 % de produits ne portant pas le Nutri-Score n’ont pas évolué et seraient sans doute mal classés. En revanche, pour le hard discount et les marques de distributeurs entrée de gamme, la classe C est majoritaire (61 % et 80 %).

Peu de différence entre les produits avec et sans Nutri- Score

Pour la plupart des couples famille/nutriments, les produits de 2020 avec Nutri-Score possèdent des teneurs en nutriments comparables aux produits sans Nutri-Score en dehors de quelques familles particulières (cordons-bleus et assimilés, produits alternatifs aux produits carnés et viandes panées, pâtes et gnocchis, viandes cuisinées, poissons et fruits de mer cuisinés).

Moins de sucres, protéines et sel à l’apposition du Nutri- Score

À l’échelle des familles suivies en 2016 et 2020, l’apposition du Nutri-Score a conduit à une diminution significative des sucres et du sel pour les « cordons bleus et assimilés » et les « viandes panées », et des protéines dans les « viandes légumes féculents ». Toutefois, elle a aussi conduit à une augmentation des teneurs en acides gras saturés pour les « viandes féculents », les « cordons bleus et assimilés » et les « viandes légumes féculents », en protéines pour les viandes panées et en sel pour les « viandes féculents » et les « viandes légumes féculents ». Pas d’évolution pour les matières grasses.
L’impact limité du Nutri-Score pourrait s’expliquer par une faible incitation à la reformulation, les Plats cuisinées frais étant déjà relativement bien positionnés nutritionnellement en 2016

Image
une femme choisit une pizza dans un rayon de supermarché

Les grandes évolutions de l’alimentation mondiale

Plats cuisinés frais—évolution du secteur entre 2009- 2016 et 2020. Bilan OQALI 2023. https://www.oqali.fractualites/ 
C. Costa « © Société Française de Nutrition. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés »

Date de publication : 28/03/2024

LOGO CND_rvb

Pour vous abonner et retrouver tous les articles des Cahiers de Nutrition et de Diététique, cliquez ici
S'ABONNER À LA NEWSLETTER

Enrichissez et actualisez vos connaissances sur la Nutrition en vous inscrivant à la Newsletter Nestlé Nutri Pro®.