Nutrition générale

L’eau et le café en substitution des sodas et des jus de fruits seraient associés à un gain de poids plus faible sur 4 ans


Une étude américaine a montré que substituer les sodas et les jus de fruits en faveur de l’eau et du café était associé à un gain de poids plus faible sur une période de 4 ans, et ce à partir d’une portion substituée par jour.

Les breuvages que nous consommons au quotidien ont bien changé au cours des dernières décennies. Les boissons sucrées et les jus de fruits représentent aujourd’hui plus de 10 % des apports caloriques journaliers et seraient liés à un risque plus élevé de prise de poids et d’obésité. En effet, des études à court terme ont suggéré que boire de l’eau avant un repas serait associé à une alimentation moins importante sur toute la journée, par rapport à celle observée lorsque des boissons sucrées ou des jus de fruits sont consommés. Des chercheurs ont ainsi étudié dans trois cohortes américaines (NHS I et II, HPFS), l’effet à long terme de ces différents types de boisson sur la prise de poids.

L’alimentation de 50 013 femmes de la cohorte NHS I, 52 987 femmes de NHS II et 21 988 hommes issus de HPFS a été évaluée tous les 4 ans à l’aide de questionnaires et ce, sur 20 ans. Les participants ont en particulier estimé pour chaque boisson, la fréquence à laquelle ils en consommaient une portion standard (verre, tasse ou bouteille), de « jamais ou moins d’une fois par mois » à « 6 fois ou plus par jour ». Les boissons étudiées incluaient l’eau, les sodas (light ou non), les jus de fruits, le café (décaféiné ou non), le lait (entier, écrémé ou faible en matières grasses) et le thé.

Les résultats indiquent que :

  • le gain de poids moyen sur chaque période de 4 ans est de 1,08 kg dans la cohorte NHS I ; 2,10 kg dans NHS II et 0,72 kg dans HPFS. Les différences observées peuvent être expliquées par l’âge moyen des différentes cohortes qui étaient respectivement de 51,8 ; 37,7 et 50,6 ans ;
  • à l’inclusion, les participants consommaient en moyenne 2,5 tasses d’eau par jour dans les trois cohortes. Ce résultat n’a pas changé avec le temps avec une variation de 0,13 ; 0 ; - 0,04 tasse par jour respectivement pour NHS I, II et HPFS ;
  • une analysée poolée et ajustée pour l’âge, l’IMC à l’inclusion et les modifications de comportement (régime, tabagisme, sport, consommation d’alcool, heures de sommeil, heures passées devant la télévision, autres boissons) a mis en évidence :

- qu’une portion supplémentaire par jour de soda non allégé et de jus de fruits était respectivement associée à un gain de poids de 0,36 kg (IC95 % [0,24 - 0,48] ; p < 0,001) et de 0,22 kg (IC95 % [0,15 – 0,28] ; p < 0,001) à 4 ans ;

- qu’à l’inverse, le gain de poids était de : - 0,13 kg (IC95 % [- 0,17 – - 0,08]) pour une portion supplémentaire d’eau (p < 0,001) ; - 0,14 kg (IC95 % [- 0,19 – - 0,09]) pour une portion supplémentaire de café (p < 0,001) ;

  • remplacer une portion par jour de soda ou de jus de fruits par de l’eau était associée à une réduction de gain de poids respectivement de 0,49 kg (IC95 % [0,32 – 0,65]) et 0,35 kg (IC95 % [0,23 – 0,46]) ;
  • l’association existant entre la consommation d’eau, de café, de sodas et de jus de fruits et les variations du gain de poids serait également liée à l’IMC à l’inclusion. Ces dernières seraient en effet plus importantes chez les personnes en surpoids ou obèses.

 

Ce qu’il faut retenir

Substituer les sodas et les jus de fruits par de l’eau et du café réduirait le gain de poids sur le long terme. Ces résultats soutiennent les recommandations actuelles de limiter la consommation des sodas, de réduire celle des jus de fruits et d’augmenter celle de l’eau en prévention de l’obésité ; le café devant quant à lui être consommé avec modération, pour ne pas dépasser 3 à 4 tasses par jour.

 

Pan A et al. Changes in water and beverage intake and long-term weight changes: results from three prospective cohort studies. International Journal of Obesity 2013 ; 37 : 1378–1385.

Date de publication : 10/12/2013