Nutrition générale

Pourquoi boire de l’eau ?

Par Nestlé Nutri Pro ®

Hydratation

L’eau est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. Elle est le principal élément constitutif des cellules, tissus et organes du corps humain. Le corps ne peut pas en produire suffisamment par son métabolisme ou en obtenir assez à partir des aliments pour couvrir ses besoins quotidiens. Il est donc essentiel de faire particulièrement attention à la quantité d’eau que nous buvons chaque jour, pour assurer nos besoins hydriques quotidiens et éviter ainsi tout risque de déshydratation qui a un impact direct sur notre état de santé. Recommander des apports hydriques suffisants est aussi important que conseiller une alimentation équilibrée ou la pratique d’une activité physique.

L’eau, essentielle à la vie

Le maintien de l’hydratation est important pour notre santé physique et mentale. Notre corps est constitué essentiellement d’eau et ses rôles au sein de notre organisme sont multiples 1,2 :

  • rôle de construction : l’eau est un élément constitutif du corps humain. Elle est présente dans toutes les cellules, les tissus et les compartiments intra et extracellulaires.
  • rôle chimique : l’eau est à la fois un solvant, un milieu de réactions, un réactif et un produit de réactions chimiques. C’est aussi un produit du métabolisme oxydatif.
  • rôle de transport : l’eau est le constituant majeur du sang. Elle transporte les nutriments aux cellules et aide à éliminer les déchets du corps.
  • rôle de thermorégulation : l’eau aide à maintenir le corps à bonne température, lors de l’exposition à de fortes chaleurs ou de grands froids.

Le contenu en eau de notre organisme diminue avec l’âge, passant de 75 % du poids corporel chez les nourrissons à 60 % chez les adultes et 50 % chez les personnes âgées. Mais cette teneur en eau peut également varier en fonction du sexe et de la condition physique de chaque individu. 2

Chaque jour, notre organisme va éliminer environ 2,5 litres d’eau par la respiration, les urines, la sueur... pour que l’organisme continue à fonctionner correctement, il faut quotidiennement lui apporter, via les aliments et les boissons, une quantité d’eau équivalente à celle qu’il perd. C’est ce que l’on appelle le maintien de la balance hydrique. Le corps est capable de fabriquer un peu d’eau, à hauteur de 0,3 litre, c’est l’eau endogène. Les aliments fournissent quant à eux environ 0,7 litre d’eau par jour. Pour couvrir la totalité des besoins naturels, il est donc essentiel de boire. 3

  • Les pertes en eau : les voies principales de perte d’eau sont les reins, la peau et le système respiratoire (celles du système digestif sont minimes). En moyenne, un adulte sédentaire vivant en climat tempéré perd :

- 1 à 2 litres sous forme d’urine

- 450 ml d’eau par la perspiration insensible (eau s’évaporant à travers la peau)

- 250 à 350 ml d’eau par évaporation via le système respiratoire

- environ 200 ml d’eau par les fèces

Il faut également noter qu’en cas de maladie et de diarrhée les pertes d’eau peuvent augmenter considérablement. 1

  • Les apports en eau : ils sont nécessaires pour équilibrer les pertes citées ci-dessus. Ils proviennent de 3 sources principales

- l’eau produite par le métabolisme du corps humain : elle provient de l’oxydation des macronutriments. Cette eau endogène représente environ 250 à 350 ml par jour chez des individus sédentaires

- l’eau provenant des aliments : les quantités varient de 500 ml à 1 litre en moyenne par personne et par jour, selon les modes alimentaires de chacun. En effet, les aliments peuvent contenir de 40 à 80 % d’eau, les fruits et légumes étant les plus riches en eau.

- l’eau apportée par la boisson (eau et autres liquides à contenu élevé en eau) : il est essentiel de boire 1,5 litre d’eau par jour. L’eau est la seule boisson indispensable à l’organisme, toutefois les jus de fruits, le thé, le café, les infusions peuvent contribuer aux apports hydriques.

Équilibre hydrique quotidien 3:

Sorties d’eau (ml/jour)

 

 

 

Entrées d’eau (ml/jour)

 

 

 

 

mini

maxi

moyenne

 

mini

maxi

moyenne

Urines

1 200

2 000

1 600

Boissons

1 400

1 750

1 575

Peau

450

450

450

Aliments

600

750

675

Respiration

250

350

300

Eau métabolique

250

350

300

Fèces

100

300

200

 

 

 

 

TOTAL

2 000

3 100

2 550

TOTAL

2 250

2 850

2 550

 

Attention à la déshydratation

Une consommation d’eau insuffisante peut avoir des répercussions sur le fonctionnement de l’organisme. Certains patients sont plus à risque de déshydratation que d’autres. Il s’agit notamment des nourrissons, qui ne savent pas forcément manifester leur soif de façon explicite, ou encore des personnes âgées chez qui la soif est souvent altérée. La soif est en effet un signe d’alerte à connaître et boire de l’eau avant d’avoir soif constitue une bonne habitude pour maintenir un état d’hydratation corporel adéquat.

Il existe différents stades de déshydratation. De légère à sévère, elle se manifeste par des symptômes de gravité croissante.

 

Reconnaître les signes d’une déshydratation légère à modérée 4

  • Bouche sèche ou pâteuse
  • Peu ou absence de larmes lors des pleurs
  • Soif
  • Diminution de la diurèse
  • Constipation
  • Faiblesse musculaire
  • Fatigue ou somnolence
  • Maux de tête
  • Vertiges ou étourdissements

 

Reconnaître les signes d’une déshydratation sévère 4

  • Soif extrême
  • Agitation extrême ou somnolence chez les nourrissons et les enfants ; irritabilité et confusion chez les adultes
  • Forte sécheresse de la peau, de la bouche et des muqueuses
  • Absence de sudation
  • Très peu ou absence de miction ; urine jaune sombre ou ambrée
  • Globes oculaires enfoncés
  • Peau sèche et ridée, qui manque d’élasticité et qui conserve la marque du pinçage
  • Fontanelle enfoncée chez les nourrissons
  • Hypotension
  • Rythme cardiaque élevé
  • Respiration rapide
  • Fièvre
  • Dans les cas les plus sérieux : délire ou perte de connaissance

 

Évaluer le statut hydrique de vos patients

Il existe des méthodes simples et rapides qui vous permettent d’évaluer le statut hydrique de vos patients au cours d’une consultation.

  • Le poids corporel 

Le suivi des modifications du poids est la méthode la plus utilisée pour mesurer les changements du niveau d’hydratation de l’organisme, sur une brève période. L’évaluation doit être faite dans des conditions standards, de préférence le matin à jeun, après miction et défécation.

  • L’impédance bioélectrique

Cette technique consiste à mesurer la résistance des tissus et des liquides corporels au passage d’un faible courant électrique dans le corps.

  • Les mesures urinaires

Le volume des urines reflète souvent davantage le volume de liquides absorbé que l’état d’hydratation du sujet. Cependant, l’étude de leur couleur est un indicateur simple à analyser : plus elles sont claires, plus l’hydratation est bonne.

  • L’osmolarité du plasma et du sérum

Cette mesure constitue un indice très utile pour évaluer le degré d’hydratation du sujet.

 

Pour en savoir plus

 

Sources 

  1. Eufic. Equilibre alimentaire, liquides et importance d’une bonne hydratation. 06/2006. Disponible sur le site : http://www.eufic.org/article/fr/artid/equilibre-hydrique-liquids-hydratation/
  2. GrandJean AC, Campbell SM (2004) Hydration: fluids for life. International Life Science Institute North America, 39 p.
  3. Jéquier E, Constant F. Pourquoi faut-il boire de l’eau ? Pour maintenir la balance hydrique. Cahiers de nutrition et de diététique 2009;44(4):190-197.
  4. MayoClinic : http://www.mayoclinic.com/health/dehydration/DS00561/DSECTION=symptoms

 

Date de publication: 10/12/2012