Nutrition & pathologies

Laitages et hypertension


L’hypertension est un problème majeur de santé publique. La consommation de laitages peut-elle avoir une influence positive sur notre tension ?

Objectif de l’étude

Evaluer l’influence des laitages sur l’incidence de l’hypertension chez des sujets néerlandais âgés.

Protocole

Evaluation de la relation entre tension artérielle et consommation de laitages chez 2245 habitants de Rotterdam âgés de plus de 55 ans sans antécédent d’hypertension.
Le recueil des apports alimentaires se fait via un questionnaire standardisé par une diététicienne, puis est converti en apports énergétiques ajustés aux laitages et aux différentes catégories de laitages (le lait et les produits laitiers, le fromage, les laitages allégés en matières grasses, les laitages riche en matières grasses et les laitages fermentés).
L’ensemble des participants est réparti selon quatre groupes d’apport énergétique croissant.
La tension artérielle est prise au centre de recherche selon les recommandations habituelles à  2 ans puis à 6 ans de suivi.

Les résultats obtenus sont statistiquement ajustés (âge, sexe, IMC, consommation de tabac et d’alcool, niveau d’éducation, apport énergétique total). Certains facteurs diététiques sont également pris en compte : apport en fruit, légumes, laitages, viande, pain, consommation de café et de thé.

Résultats

A 2 ans de suivi : 664 cas d’hypertension

  • Chaque portion de laitage consommée/jour est associée à une diminution du risque d’hypertension de 7 %

On observe également une :

 

  • relation inverse entre les laitages en général et l’hypertension, qui se répartit par quartiles en ordre croissant et selon odds ratio, comme ceci : G1 (groupe consommant le moins de laitages = groupe témoin) : 1, G2 : 0.82 (0.67-1.02), G3 : 0.67 (0.54-0.84), G4 : 0.76 (0.61-0.95) avec p=0.008.

 

  • relation inverse entre les laitages allégés et l’hypertension qui se répartit comme suit : G1 : 1, G2 : 0.75 (0.6-0.92), G3 : 0.77 (0.63-0.96), G4 : 0.69 (0.56-0.86) avec p = 0.003
  • relation inverse avec les laitages fermentés (p=0.08)
  • absence d’association avec les fromages

 

A 6 ans de suivi : 984 cas d’hypertension

  • Diminution de la relation inverse avec pour les 2 quartiles extrêmes : 1 et 0.81 (0.7-1.01) que se soit pour les laitages en général (p=0.07) ou les laitages allégés (p=0.09)
  • Absence d’association avec les fromages, les laitages fermentés
  • La relation inverse entre laitages allégés, hypertension et surpoids existe pour le quartile supérieur 0.76 (0.59-0.97) p=0.03

 Le mécanisme de cette action hypotensive des laitages reste à déterminer de façon précise, via l’action des protéines et des peptides sur l’enzyme de conversion de l’angiotensine I.
 

Conclusion

Trop souvent critiqués à tort, les laitages ont pourtant des effets de prévention intéressants. Ce travail montre que la consommation de laitages en général, allégés ou non, semble avoir un rôle préventif de l’hypertension artérielle dont la fréquence peut diminuer jusqu’à 24 %.

 

M.F.Engberink et al. Inverse association between dairy intake and hypertension : the Rotterdam Study. Am J Nutr 2009; 89; 1877-83

 

Date de publication: 10/12/2012