Nutrition générale

Consommation de fruits de mer ou de poissons et ostéoporose


Fruits-de-mer-poissons-ostéoporose

Dans cette étude, la consommation de poissons et de fruits de mer était associée à une plus grande masse osseuse et à un risque d’ostéoporose diminué dans la population coréenne, mais non dans la population américaine. 

L’objectif de cette étude était d’explorer l’hypothèse selon laquelle la consommation de poissons et de fruits de mer pouvait être associée positivement à la masse osseuse et négativement au risque d’ostéoporose. Les investigateurs se sont intéressés à deux populations, américaine et coréenne.

 

Les hommes et les femmes ménopausées de 50 ans et plus du Korean National Health and Nutrition Examination Survey 2008–2011 (n=7154) et du National Health and Nutrition Examination Survey 2007–2010 (n=2658) ont été inclus dans l’étude. Les apports alimentaires étaient contrôlés par un diététicien et au moyen de questionnaires. La densité minérale osseuse et l’IMC étaient mesurés. D‘autres facteurs de risque d’ostéoporose étaient pris en compte.

 

Les investigateurs ont retrouvé, dans la population coréenne, une corrélation positive et significative entre la consommation de poissons et de fruits de mer et la densité minérale osseuse du fémur, du col fémoral et de la colonne lombaire.

 

Une analyse de régression logistique multivariée a été menée sur les populations coréenne et américaine divisées en 5 quintiles en fonction de leur consommation de poissons et de fruits de mer. Cette analyse a permis de montrer une association significative entre la consommation de poissons et de fruits de mer et le risque d’ostéoporose dans la population coréenne, mais non dans la population américaine. Dans la population coréenne des femmes ménopausées de plus de 50 ans, le risque d’ostéoporose avait été fixé à 1 dans le premier quintile. Le risque était plus faible quand la consommation de poissons et de fruits de mer augmentait (p<0,001) :

 

  • 0,63 (IC95% : 0,49-0,80) dans le 2e quintile (8,5 consommations par mois)
  • 0,55 (IC95% : 0,42-0,71) dans le 3e quintile (16,6 consommations par mois)
  • 0,43 (IC95% : 0,33-0,56) dans le 4e quintile (28,3 consommations par mois)
  • 0,36 (IC95% : 0,28-0,50) dans le 5e quintile (49,3 consommations par mois)

 

De manière générale, la consommation de poissons et de fruits de mer était environ 4 à 5 fois plus élevée dans la population coréenne que dans la population américaine.

 

Ce qu’il faut retenir

 

Dans cette étude, la consommation de poissons et de fruits de mer était associée positivement à la densité minérale osseuse et négativement au risque d’ostéoporose dans la population coréenne, mais non dans la population américaine, moindre consommatrice. D’autres recherches seront nécessaires pour estimer la quantité de poissons et de fruits de mer nécessaire pour améliorer la densité minérale osseuse et réduire le risque d’ostéoporose dans des populations génétiquement différentes.

 

Choi E, Park Y. The Association between the Consumption of Fish/Shellfish and the Risk of Osteoporosis in Men and Postmenopausal Women Aged 50 Years or Older. Nutrients. 2016 ; 8 (3) : 113.

 

Date de publication: 04/09/2017