Nutrition générale

La consommation de produits laitiers et de calcium aurait une action positive sur les facteurs du syndrome métabolique chez l’homme.


D’après les résultats de l’étude française STANISLAS,  une forte consommation de produits laitiers serait associée à des changements positifs de certaines composantes du syndrome métabolique chez l’homme, après 5 ans de suivi. 

Même si de nombreuses études se sont intéressées à la relation entre consommation de produits laitiers et/ou calcium et syndrome métabolique, il n’existe toujours pas à l’heure actuelle de consensus sur la question. Une équipe de chercheurs français a donc cherché à mettre en évidence l’association entre consommation de produits laitiers et évolution des facteurs du syndrome métabolique sur une période de suivi de 5 ans.

Pour cela, 288 hommes et 300 femmes, âgés de 28 à 60 ans, issus de la cohorte STANISLAS et suivis pendant 5 ans (de 1994/1995 à 1999/2000) ont été inclus dans l’étude. Les apports alimentaires ont été recueillis à l’inclusion par une enquête alimentaire sur 3 jours et 4 indicateurs nutritionnels ont été générés : consommation totale de produits laitiers ; consommation de lait, yaourt et fromage blanc ; consommation de fromage ; apports en calcium. Les participants ont également bénéficié d’un examen de santé à l’inclusion puis à 5 ans durant lequel les composantes du syndrome métabolique ont été mesurées (poids, IMC, tour de taille, pression artérielle, triglycérides, HDL cholestérol et glucose).

Après ajustement sur les cofacteurs classiques (âge, alcool, tabac, statut social…), une analyse par régression multiple a été réalisée.

  • Chez les hommes, à l’inclusion, aucune association significative n’a été constatée entre les 4 indicateurs nutritionnels et les composantes du syndrome métabolique. Après 5 ans de suivi, une association négative était constatée entre consommation de lait, yaourt et fromage blanc et glycémie à jeun (p = 0,005) et une association positive avec les concentrations de HDL-cholestérol (p = 0,033). De plus, d’importants apports en calcium à l’inclusion étaient significativement associés à de moindres gains de poids (p = 0,009), IMC (p = 0,007) et tour de taille (p = 0,001) à 5 ans.
  • Chez les femmes, aucune association significative n’a été constatée entre les indicateurs nutritionnels et les composantes du syndrome métabolique après 5 ans de suivi.

 

Ce qu’il faut retenir

Cette étude montre que chez les hommes, une consommation importante de produits laitiers, hors fromage, est positivement associée à des changements du profil métabolique après 5 ans de suivi alors qu’aucune association n’a été constatée chez les femmes. Les spécificités comportementales liées au sexe, connaissances et attitudes vis-à-vis de l’alimentation et du style de vie pourraient en partie expliquer ces résultats.

Samara A. et al. Dairy product consumption, calcium intakes, and metabolic syndrome–related factors over 5 years in the STANISLAS study. Nutrition 2013;29:519–524.

Date de publication : 06/05/2013