Nutrition générale

L’huile d’olive : facteur de satiété ?


Les divers lipides ont des effets différents sur le plan cardio-vasculaire, même s’ils sont plus ou moins facilement stockés en graisses de réserve, leur consommation (excessive) est souvent corrélée à l’obésité.

Les divers lipides ont des effets différents sur le plan cardio-vasculaire, même s’ils sont plus ou moins facilement stockés en graisses de réserve, leur consommation (excessive) est souvent corrélée à l’obésité.

Mais quelle action exercent-ils, lors de la digestion, sur la prise alimentaire? Le Pr D. Piomelli [1] et son équipe de l’Université de Californie ont montré que le bol alimentaire stimule, dans l’intestin grêle, la sécrétion d’oléoyléthanolamide (OEA). Cette  molécule quand elle est administrée expérimentalement, diminue l’appétit et la fréquence des repas (en agissant sur les récepteurs PPAR-alpha) [2].

 

D. Pionelli a montré que cette sécrétion d’OEA est liée à la présence de lipides dans le duodénum, alors que les glucides ou les protéines n’ont pas cet effet. Il a voulu alors savoir quel acide gras était à l’origine de cette sécrétion hormonale. Il a prouvé que c’est l’acide oléique qui stimule la sécrétion d’OEA (par activation du transporteur membranaire CD36).

 

Ce travail confirme d’autres travaux qui constataient que l’huile d’olive, riche en acide oléique, favorise la satiété ; elle pourrait donc être mise en avant, lorsqu’une perte pondérale est souhaitable. Un autre axe de recherche serait la mise au point d’un inhibiteur de la dégradation de l’OEA.

 

[1] Schwartz GJ, Piomelli  D. and al.  The lipid messenger OEA links dietary fat intake to satiety Cell Metab. 2008 Oct; 8 (4): 281-8

[2] Fu J. and al.  Targeted enhancement of oleoylethanolamide production in proximal small intestine induces across-meal satiety in rats.
Am J Physiol Regul Integr Comp Physiol. 2008 Jul; 295 (1) R 45-50

 

Date de publication: 10/12/2012