Nutrition générale

Risque cardio-vasculaire lié au tabac : impact des fruits et légumes


La consommation de fruits et légumes est associée à un moindre risque maladies cardio-vasculaires. Cette association persiste-t-elle chez les fumeurs et est-elle plus bénéfique que pour les non-fumeurs ?

Méthodologie
Cette étude prospective de L. Dauchet et coll. 1 intègre 8 060 hommes âgés de 50 à 59 ans habitant Belfast ou la France et faisant partie de l’étude épidémiologique MONICA (Multinational MONItoring of trends and determinants in CArdiovascular disease) sur l’infarctus du myocarde (PRIME). Les sujets classés en fumeurs, anciens fumeurs et non fumeurs, répondent 1 fois par an à des auto-questionnaires alimentaires. En parallèle ont été recueillis leurs données anthropométriques et le bilan lipidique sanguin. La consommation de fruits et légumes est divisée en 3 terciles : ≤1,57 fois/jour , 1,6 à 2,57 fois/jour et ≥ 2,6 fois/jour.

 

Analyses statistiques
Tous les modèles utilisés ont été ajustés en fonction de l’âge, de la consommation d’alcool, de l’activité physique, des taux de cholestérols etc.

 

Résultats
Sur un suivi de plus de 10 ans, sont survenus 612 accidents cardio-vasculaires (accident vasculaires cérébraux (AVC) et infarctus du myocarde (IM)), dont 367 infarctus du myocarde.

Les études statistiques montrent une influence de la consommation de fruits et légumes sur la fréquence des accidents cardio-vasculaires (p<0,05) chez les fumeurs.
 

Résultats chez les fumeurs :

Consommation  de fruits et légumes

1er tercile

≤ 1,57 fois/jour

2ème tercile

1,6 à 2,57 fois/jour

3 ème tercile

≥ 2,6 fois/jour

Infarctus du myocarde (IM)

Baisse du risque

Risque relatif et IC95%

 

1

p < 0,001

- 22 %

0,78 (0,54 à 1,13)

p < 0,001

- 51 %

0,49 (0,30 à 0,81)

p < 0,001

 

Accidents cardio-vasculaires
(IM + AVC)

Baisse du risque

Risque relatif et IC95%

 

1

p < 0,02

- 20 %

0,80 (0,59 à 1,08)

p < 0,02

- 36 %

0,64 (0,44 à 0,93)

p < 0,02 

Cette association positive chez les fumeurs est la même pour les fruits (p = 0,07) et les légumes (p < 0,05).
Par contre, aucune association n’a été démontrée entre la consommation de fruits et légumes et les accidents cardio-vasculaires chez les non-fumeurs ou les ex-fumeurs.

 

Conclusion
Dans cette étude prospective, la consommation de fruits et légumes est associée à un risque moindre d’infarctus du myocarde et d’accidents vasculaires cérébraux, mais uniquement chez les hommes fumeurs. Il conviendrait, encore plus chez ces sujets à risque, d’encourager la consommation de fruits et légumes, aliments riches en antioxydants protecteurs.

 

[1] Dauchet L and al. Association between the frequency of fruit and vegetable consumption and cardiovascular disease in male smokers and non-smokers. Eur J Clin Nutr. 2010, 64, 578-586

 

Date de publication: 10/12/2012