Nutrition générale

Les lipides font-ils vraiment grossir ?


La consommation excessive de lipides est classiquement mise en avant pour expliquer la « pandémie » d’obésité. Mais au-delà du « politiquement correct », les données scientifiques prouvent-elles cette donnée ou est-ce une idée reçue ?

Les modalités de l’étude

Profitant des importantes informations épidémiologiques recueillies lors de l’étude EPIC (European Prospective Investigation into Cancer and nutrition), NG Farouhi [1] de Cambridge (UK) et ses collaborateurs européens ont analysé les données des carnets alimentaires recueillies lors de 6 études de cohortes (méta-analyses randomisées) regroupant 89 432 hommes (42 %) et femmes (58 %).

 

Consommation des sujets (non modifiée pendant l’étude)

 

Hommes

Femmes

Age

53,8 +/- 8,2

52,7 +/- 8,8

Tour de taille (cm)

94,4 +/- 9,6

80,3 +/- 10,6

Poids (en kg)

81,7 +/- 11,5

67,5 +/- 11,5

IMC (poids en kg/taille2 en mètre)

26,3 +/- 3,3

25,3 +/- 4,1

% d’obèses

12,2

12,3

Lipides  (% de l’apport énergétique)

34,6 +/- 5,4

34,2 +/- 5,5

Glucides (% de l’apport énergétique)

41,8 +/- 6,6

44,5 +/- 6,3

Protéines (% de l’apport énergétique)

16,2 +/- 2,6

16,6 + /- 2,8

Apport calorique (kcal)

2438 +/- 607

1961 +/- 506

 

Résultats

Les auteurs ont recherché si la consommation de lipides est corrélée ou non au poids des sujets. Ces derniers ont été suivis pendant 3,7 à 10 ans.

A la fin de l’étude, la moyenne de variation du poids était de :

  • 109 +/- 817 grammes par an chez les hommes
  • 119 +/- 823 grammes par an chez les femmes.

Cette variation de poids était, par gramme de lipide consommé, (après ajustement statistique multivarié des autres facteurs) de :

  • + 0,90 g/jour chez les hommes (IC à 95 % : - 0,50 - 2,34 g/jour)
  • - 1,30 g/jour chez les femmes   (IC à 95 % : - 3,70 - 1,11 g/jour).

 

Conclusion

Il n’y aurait, selon cette étude, aucune corrélation entre l’apport de lipides (ni le type d’acides gras) et les modifications de poids chez les sujets suivis (p = 0,031 H et p = < 0,001 F). Il ne faut plus dire que l’excès de poids est forcément dû au fait que les sujets « mangent trop gras. »

Aussi les auteurs déconseillent-ils l’utilisation systématique de régime diminuant la ration lipidique pour prévenir la prise de poids, puisque ce n’est pas forcément l’excès de lipides qui est en cause. Néanmoins, la diminution de l’apport calorique quotidien est plus facilement obtenue en diminuant la ration de lipides (qui apportent plus de calories que les glucides ou les protéines).

 

[1] Forouhi NG et al. – Dietary fat intake and subsequent weight change in adults: results from the European Prospective Inverstigation into Cancer and nutrition cohorts. Amer J Clin Nutr. 2009, 90: 1632-41

 

Date de publication: 10/12/2012